SUCRE-SALE



 

 :: Douce France :: Mont-de-Rousset :: Quartier Ouest :: Rue Commerçante :: Café du Théâtre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Everyone has scars (Thozen)

avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Aoû - 19:02





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


Aujourd'hui, c'est un samedi comme tous les autres. Après avoir fais quelques courses pour mon frère jumeau, je m'arrêtais en ville pour manger un morceau avant de boire un café. Une sorte de petit rituel que j'avais... Après avoir dégusté mon panini au saumon, je me rendais calmement vers le café le plus proche. Je jetais un coup d'oeil sur ma montre: il était treize heures trente, l'heure idéale pour boire un café avant de ré-attaquer la journée. Lorsque j'entrais dans le bâtiment, je marchais instinctivement jusqu'au comptoir tout en scrutant la carte qui y était affichée en hauteur.  Un café vanille crème serait idéal! Je passais ma commande, un sourire aux lèvres mais lorsque je me retournais pour prendre place, mon cœur ratait un battement. Il était là. Lui. Monsieur Verneuil. Mon café vanille en main, je marchais doucement avant de m'arrêter pour saluer l'homme qui me faisait craquer depuis des mois. « Monsieur Verneuil, bonjour. Comment allez vous? » J'affichais un sourire radieux avant de sentir mes joues rougir légèrement. Monsieur Verneuil. Thomas Verneuil était le père d'une élève de ma classe. Lorsque je l'avais rencontré pour le première fois, j'avais été toute retournée. Je mentirais si je disais qu'il ne me plaisait pas... Je m'en était voulu durant pas mal de mois. Craquer sur le père d'une élève, c'était plutôt malsain non?! Lors de la confection des cadeaux de fêtes des mères avec ma classe, Emma m'avait confié qu'elle n'avait pas de maman. Après avoir discuté un petit moment avec elle, nous avions convenu que le cadeau de fêtes des mères pouvait tout à fait être fabriqué pour sa grand-mère. Emma était ravie! Mon café toujours en main et un sourire aux bord des lèvres, j'étais toujours plantée devant Thomas Verneuil.


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû - 11:14
Ce samedi, je ne travaillais pas. C’est d’ailleurs extrêmement rare, puisque le samedi est d’ordinaire une journée chargée à l’auto-école, mais j’avais remplacé une collègue mercredi, mon jour de repos habituel avec le dimanche et de ce fait, le patron m’avait accordé un congé. J’en profitais alors pour laisser Emma sous la bonne garde de mon frère, je ne voulais pas visionner avec elle pour la énième fois le dessin animé la reine des neiges. Déjà, le mercredi précédent, j’y avais eu, une nouvelle fois droit. C’était notre petit rituel du mercredi, de regarder un film tous les deux et elle était dans sa période reine des neiges. Enfin, c’était une gamine adorable, je n’allais pas m’en plaindre. Elle n’avait rien à voir avec sa mère. Mère qu’elle ne connaissait pas et n’avait pas envie de connaitre, même si elle se posait des questions. Il faisait beau temps, mais j’avais besoin d’acheter une bricole pour ma mère, c’est pourquoi j’avais demandé à Thibault de s’occupé d’Emma. Il adorait sa nièce, il avait donc été ravie de l’opportunité. Je soupçonnais mon frère de se servir d’elle pour draguer lorsqu’il l’emmenait au parc avec le chien. Chien qui m’avait envoyé faire un beau plongé dans l’océan pas plus tard qu’hier. Ce clébard allait me rendre fou, mais dans le même temps, je l’adorais. Une fois le cadeau acheté, je décidais de me poser dans un bar ou un café, je ne le faisais que trop rarement. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je croisais Mademoiselle … euh … l’institutrice de ma fille, dont je n’arrivais pas à me rappeler le nom. Emma adorait sa ‘maîtresse’, elle me parlait souvent d’elle. Je ne lui avais parlé qu’à de rares occasions, mais elle semblait fort sympathique. Par contre j’avais du mal à comprendre pour quelle raison elle souriant à ce point. La ville n’est pas bien grande, je ne devais pas être le premier parent d’élève qu’elle y croisait en dehors de l’école. A moins qu’elle n’est du mal à s’habitué au fait que j’élevais mon enfant seul. « Bonjour ! » dis-je, en souriant à mon tour, de toutes mes dents, avant de me souvenir que j’avais besoin d’aller faire un tour chez mon dentiste, l’une de mes dents étaient cassé et ça se voyait un peut. « Un jour comme celui-ci, je ne peux qu’aller bien, et vous ? » répondis-je, poliment.

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Aoû - 18:11





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


Je ne m'attendais pas du tout à croiser Monsieur Verneuil ici. Je venais régulièrement dans ce café et c'était la première fois que je le voyais ici. Pourquoi était-il là? Pourquoi était-il seul? Il attendait quelqu'un? Je remarquais un petit paquet à coté de lui. Surement un cadeau... Bref. Sans vraiment réfléchir, je m'installais en face de lui avant de remarquer, quelques secondes plus tard que je n'avais pas demandé à monsieur Verneuil si je pouvais m’asseoir... Tant pis, pour le moment, il était trop tard. « Je vais bien, merci beaucoup. » Il n'avait pas prononcé ni mon nom, ni mon prénom... Il ne doit certainement plus se souvenir de mon nom... Je restais silencieuse quelques secondes avant d'enchaîner. « Emma n'est pas avec vous? » Question vraiment débile Rozen, bravo. J'agissais vraiment de manière impulsive, j'étais ainsi lorsque j'étais gênée. Il fallait avouer que le sourire de Thomas Verneuil me déstabilisait quelque peu. Arrête, Rozen! Arrête de sourire comme une imbécile. Je buvais une gorgée de café, comme pour me donner un peu de contenance. Monsieur Verneuil et moi même n'avions discuté que quelques fois à l'école mais j'avais envie d'en savoir un peu plus sur lui. J'avais envie de mieux le connaitre. Je plongeais mes yeux couleur azur dans les siens. Quel courage il avait d’élever sa fille seul. Un petit pincement serrait mon cœur lorsque je pensais à la petite Emma qui avait dût grandir sans mère... « Oh, dites moi, vous en avez pensé quoi du cadeau de fête des pères cette année? » J'avais fabriqué, avec mes élèves, des mugs personnalisés pour la fête des pères. Chaque enfant avait dessiné un modèle de dessin sur une feuille avant de le reproduire sur le mug. J'avais trouvé cela très mignon... Etant institutrice que depuis un an, j'aimais avoir des avis aussi bien positifs que négatifs sur mes travaux afin de pouvoir m'améliorer dans mes techniques pédagogiques.


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû - 11:42
Je me grattais le sommet du crâne, incapable de trouver autre chose à dire. De plus, je savais que ce n’était pas très convenable de ne plus me souvenir du nom de l’institutrice de ma fille. Je me sentais stupide, elle n’avait que moi. Moi et mon frère, et je n’étais pas fichue de me souvenir du nom de son institutrice. Thibault le savait lui, j’en étais persuadé, il n’était jamais là quand on avait besoin de lui. Quoique, c’est de ma faute, je lui avais demander de garder Emma. Que ferait-il à ma place ? Sans doute quelque chose de plus intelligent que se gratter le sommet du crâne. Il sourirait aussi, son fameux sourire à la con pour charmer les femmes. Mon frère était vraiment un dragueur en puissance. J’aurai pu être comme lui, mais je ne l’étais pas. J’avais été amoureux une fois et une autre avait tout fait pour nous séparer. Et au final, je m’étais retrouver père. Je ne voulais pas d’enfants. Oh, j’aurais sans doute changer d’avis en vieillissant, mais à ce moment-là, je n’en voulais pas. Et Emma était arriver. Certes, je l’adorais, elle avait changé pleins de choses dans ma vie, j’avais mis ma vie entre parenthèse, pour elle, mais depuis qu’elle était là, je n’étais plus capable de parler aux femmes, à par mes élèves de l’auto-école, mais là plus par ne sont que des adolescentes de dix-huit ans à peine. Là, j’avais à faire à une vraie femme et je ne savais pas comment réagir. Elle s’était assise en face de moi, sans même demander si la place était libre, j’aurais très bien pu attendre quelqu’un. Elle était culottée, mais je n’étais pas quelqu’un de désagréable, je n’attendais personne, alors elle pouvait bien s’assoir. Ce qu’il y a, c’est que je ne savais pas quoi lui dire. Elle me demanda si Emma était avec moi. A l’évidence, ça se voyait que non, mais qu’importe, sans doute était-elle un peu nerveuse et je ne voyais pas en quoi. « Elle avec mon frère. J’avais besoin de faire une course ! » dis-je, en désignant le sachet de plastique. La jeune institutrice me demanda ensuite ce que j’avais pensé du cadeau de fête des pères que j’avais reçu. « C’est mon mug préféré ! » avouais-je. Sans me vanter, Emma était plutôt douée pour le dessin, et j’étais fière d’exhiber ma tasse. Elle était unique. Devais-je dire à cette presque inconnue que j’avais conservé tous les dessins qu’elle m’avait fait ? J’allais passer pour un gaga, mais s’il est vrai que j’ai toujours du mal avec les enfants des autres, je suis gaga de ma petite souris, comme je l’appelle. J’avais fait de mon mieux pour m’occuper d’elle le mieux possible.

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû - 14:11





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


Etre assise en face du père de la petite Emma me faisait vraiment bizarre. Je me souviens la première fois que je l'avais croisé, j'étais tout de suite tombé sous son charme. Cet homme avait quelque chose en lui qui m'attirait mais quoi? Cela restait encore un mystère aujourd'hui... Thomas devait certainement me prendre pour une folle dingue. Après m'être assise à sa table sans demander la permission, je lui avait posé une question complètement débile. Un léger sourire traversait mon visage lorsqu'il me répondait qu'Emma était avec son oncle. J'avais aperçue le frère de Thomas quelques fois à la sortie de l'école. C'était un jeune homme charmant et sympathique. Cela se voyait qu'il adorait sa nièce et ça se voyait qu'Emma adorait son oncle... Mais encore une fois, je trouvais que Thomas avait plus de charme que son frère... « Oh super! »  Je n'avais trouvé que cela à répondre même si nous savions tous les deux que ma question était stupide... Je buvais de nouveau une gorgée de mon café et lorsque monsieur Verneuil m'annonçait que le mug de la fête des pères était son mug préféré, mon visage s’éclaircissait. « Tant mieux alors, je suis ravie. Emma a pris beaucoup de plaisir à le confectionner. Elle était à la fois super concentrée et surexcitée lorsqu'elle l'a réalisé. Et puis, elle était très fière du résultat. » J'avais passé un agréable moment avec mes élèves lors de la confection de ce cadeau. Ils avaient adorés l'idée du mug et avaient tous été super impliqués. En tant qu'institutrice, j'étais fière de mes trente élèves mais également fière de mon travail. Quelques secondes de silence s'installaient, j'avais débité mon stock d'idées de parole pour aborder Thomas Verneuil. Je croisais son regard brièvement et voyant qu'il ne parlait pas plus que cela, je me rendais très vite compte que je le dérangeais peux-être... Il était vrai que j'étais une inconnue pour lui. J'étais seulement l'institutrice d'Emma. J'étais un peu déçue car j'aurais voulu le connaitre un peu mieux et je trouvais que cette rencontre inattendue était une bonne opportunité mais je ne ne voulais pas non plus paraître pour quelqu'un d'intrusive ou bien pour une psychopathe! J'adressais à Thomas un sourire gêné. « Je suis désolée, je vous dérange peux-être. Je vais m’asseoir ailleurs. » Mon café dans une main, je me baissais pour attraper son sac à main avant de m'apprêter à me lever.


made by pandora.



_________________
These days I'm fine, no these days I tend to lie
« It's dangerous to fall in love But I want to burn with you tonight. Hurt me»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Aoû - 11:45
Je n’ai jamais été bien bavard avec ma famille ou mes amis. Avec les femmes, c’était encore pire, la première ; et la seule ; que j’ai aimé, je n’arrivais pas à lui parler, à me confier. Le plus souvent, c’est elle qui parlait, moi je l’écoutais. Oui, je donne mon avis, je suis de bons conseils, mais parler n’a jamais été mon point fort et c’est encore plus vrai depuis que je suis père, depuis qu’Olivia à jouer les filles de l’air en abandonnant notre enfant. J’imagine qu’elle pensait que je ne serais pas capable d’assumer une telle responsabilité, je ne sais pas. Quoiqu’il en soit, j’étais incapable de la laisser avec des inconnus. C’était encore le cas aujourd’hui. Quoique je me cachais derrière cette excuse, je prétendais ne pas vouloir de femmes dans ma vie à cause d’Emma, parce que je ne voulais pas qu’une étrangère s’immisce dans notre vie, mais en vérité, j’avais tout simplement peur d’ouvrir mon cœur à quelqu’un d’autre et de me faire avoir une fois encore. J’avais été naïf de croire qu’Olivia et moi avions un avenir, même si cette m’insupportait au départ. Et les années avaient beau s’écoulés, j’avais toujours cette crainte de me faire avoir, alors je ne laissais aucune femme s’approcher d’un peu trop près. J’étais donc mal à l’aise de voir l’institutrice de ma fille être à la même table que moi. Pour dire, je n’avais pas encore toucher à mon café et à ma pâtisserie. J’étais nerveux. Elle sut trouver les bons mots lorsqu’elle évoqua le cadeau de fêtes des pères qu’elle avait confectionner avec ses élèves et sembla ravie d’apprendre que j‘étais heureux de mon présent. Rien de plus normal, Emma l’avait fabriqué pour moi, et ce mug, j’en prenais le plus grand soin. Je faisais bien attention à ne pas le poser à hauteur du chien pour ne pas qu’il le fasse tomber. « Je n’en doute pas, elle met toujours tout son cœur dans ce qu’elle fait. Elle ne ressemble pas du tout à sa mère. » Répondis-je, fièrement. Physiquement, elle lui ressemblait, mais elle avait hérité de mon caractère, à par les bavardages ; ça, ça lui venait de sa grand-mère et de son oncle. Mon frère et ma mère étaient de vraies pipelettes, j’avais du mal à les suivre et pour dire, j’avais arrêté d’essayer depuis longtemps. La jeune femme, Rozen, ça y’est, je me souvenais de son prénom, sembla soudain croire qu’elle me gênait et s’apprêta à se lever. « Non, non, restez. Je vous en prie. Je suis désolé, je n’ai jamais été un grand bavard ! » Avouais-je. Loin de moi l’envie de vouloir la chasser, elle n’était pas une étrangère.

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Aoû - 8:58





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


Rencontrer de nouvelles personnes me faisait énormément de bien. Les personnes que je voyais le plus souvent étaient mon frère, Gaël mon meilleur ami et de temps en temps, mes parents... J'avais encore mal au cœur lorsque je rendais visite à mes parents, séparément. Ils avaient décidés de divorcer il y a douze ans, quelques temps après l'accident de mon frère jumeau... J'avais eu beaucoup de mal à surmonter ma culpabilité que je ressentais vis à vis de l'accident de mon frère. Pour moi, tout était de ma faute... Et le monde s'était écroulé autour de moi lorsque mes parents divorçaient... J'avais réussi, tant bien que de mal, à me sortir de ma culpabilité et de ma déprime. Mon frère m'avait été d'une grande aide. Je ne rendais pas des services à mon frère uniquement parce que je me sentais responsable de son handicap moteur mais parce que pour moi, la famille c'était important... Tellement important que je m'oubliais presque et que j'avais limité ma vie sociale à seulement quelques personnes. Je pensais que Thomas Verneuil était dans la même situation que moi. Emma ne me parlait jamais de sa mère et à la sortie de l'école, c'était toujours Thomas ou son frère qui venaient la chercher. Lorsque Thomas parlait brièvement de la mère d'Emma, la curiosité me rongeait. Je me mordais la lèvre inférieure et réfléchissais quelques instants. Non Rozen, ça ne se fait pas de poser des questions intimes comme cela! J'avais donc décidé de rester muette quelques moments avant de laisser monsieur Verneuil tranquille mais lorsque je m’apprêtais à prendre mon sac, celui-ci me demandait de rester. Je me stoppais quelques secondes avant de m’asseoir de nouveau. Certes, il n'était pas bavard mais je pouvais l'aider à se confier à moi... La question de la mère d'Emma tournait en rond dans ma tête. J'inspirais, avant de me lancer. « Emma n'évoque jamais sa mère, elle la voit souvent? » J'avais posé cette question de sorte à ne pas brusquer Thomas. Si je voulais le connaitre un peu mieux, il fallait que je sois fine et que mes questions soient assez diplomates pour qu'il puisse se confier à moi.


made by pandora.



_________________
These days I'm fine, no these days I tend to lie
« It's dangerous to fall in love But I want to burn with you tonight. Hurt me»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Aoû - 11:02
Je n’étais pas particulièrement bavard, mais je trouvais impoli de la laissé partir alors qu’elle n’était pas venue vers moi dans le but de me déranger, mais uniquement dans celui de discuter. De plus, il n’y avait pas de mal à parler avec quelqu’un, n’est-ce pas ? Même si j’avais de la chance que le frangin ne soit pas dans les parages car il se serait bien fichu de moi, cet ingrat. Je lui ai donc proposé de resté, en m’excusant pour mon manque de conversation, c’était la vérité, je ne parlais pas beaucoup, en revanche, j’écoutais beaucoup. Je voyais que la jeune institutrice hésitait, elle devait vouloir me parler de quelque chose de précis, mais apparemment, elle n’osait pas se lancer. Finalement, lorsqu’elle le fit, je fus bien étonnée par sa question. Je peux bien le dire, je ne l’avais pas vu venir. Elle voulait savoir si Emma voyait souvent sa mère. Je me doutais bien que tôt ou tard, on me poserait la question, puisque c’était toujours mon frère ou moi-même qui venions la chercher. Quelques fois, c’était ma mère, mais jamais Olivia. Je savais qu’Emma n’en parlait jamais, mais comment pourrait-elle parlé de sa mère alors qu’elle ne la connaissait pas ? « Jamais. Elle l’a abandonnée à la naissance, elle ne se sentait pas la fibre maternelle, j’imagine. » Je prenais un air détaché pour dire cela, mais en vérité, Olivia avait eu ce qu’elle voulait : moi. Une fois obtenu, le reste, elle s’en moquait et quand quelques semaines plus tard, elle avait découvert qu’elle était enceinte, c’était trop tard. J’avais cru m’être montré rassurant en lui disant que tout irait bien, que malgré notre âge, nous serions de bons parents, le jour de la naissance, elle n’a même pas voulu la prendre dans ses bras, ni même la regardé. Et le lendemain, elle avait disparu. J’avais alors pris mes responsabilités et j’avais arrêté mes études pour trouver un travail et élever ma fille du mieux que je le pouvais. Non, du mieux de mon mieux. Emma avait sans doute besoin d’une figure féminine dans sa vie, mais je ne savais pas si j’étais prêt à la lui donner. Imaginez un peu, je fréquente une femme et elle me fait le même coup qu’Olivia ?

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 17:55





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


J'étais un peu mal à l'aise d'avoir posé une question aussi indiscrète à Thomas mais j'avais toujours été ainsi. Grande curieuse. Et puis, il fallait bien avouer que si je désirais connaître un peu mieux Thomas, je devais obligatoirement passer par la case questions... Lorsque monsieur Verneuil me répondait, mon cœur se serrait dans ma poitrine. Emma n'avait jamais vu sa mère?! C'était pour cela que la jeune fillette m'avait confié, lors de la confection du cadeau de la fête des mères, qu'elle n'avait pas de maman. J'avais supposé brièvement une séparation difficile des parents... Même un décès... Mais jamais je n'aurais imaginé que sa mère puisse l'abandonner. Je secouais la tête. Comment une mère pouvait être capable d'abandonner son enfant?! Je plongeais mon regard droit dans celui de Thomas. Le pauvre Thomas avait dû en baver. Il avait été surement abandonné lui aussi.... Mon cœur se serrait de plus bel. J'admirais beaucoup le courage de cet homme qui se tenait devant moi.  « Je suis désolée. Cela n'a pas du être facile pour vous deux... » Je repensais rapidement à la jeune Emma. Elle était une enfant adorable, mignonne, gentille et avec un vocabulaire pas mal avancé pour son âge. Elle était toujours l'une des premières élèves à lever la main en classe pour donner des réponses aux questions que je posais. Son père avait réussi, à lui seul, à l'éduquer correctement. Intérieurement, je fulminais petit à petit car je détestais le genre de femmes, mais aussi des hommes, qui abandonnaient leurs enfants. Je n'arrivais pas à concevoir cela mais bon...   « En tout cas, je vous admire car vous avez très bien éduqué votre fille... » Je terminais mon café avant de changer de sujet.  « Et sinon, vous faites quoi comme profession? » Pour moi, mon métier, c'était l'une des chose les plus importante pour moi. J'adorais le contact avec les jeunes et aimait leur apprendre des choses. J'avais trouvé ma vocation vers l'âge de dix huit ans et après l'obtention de mon baccalauréat, j'avais pu enchaîner sur mes études d'institutrice.


made by pandora.



_________________
These days I'm fine, no these days I tend to lie
« It's dangerous to fall in love But I want to burn with you tonight. Hurt me»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Aoû - 11:02
Je ne parlais pas beaucoup, je ne me confiais pas facilement, je n’aimais pas parler des difficultés que je pouvais rencontrer, mais d’admet, que de temps en temps, parler pouvait être libérateur, et puis, je n’avais qu’à me dire que je rencontrais l’institutrice de ma fille dans un cadre moins informel. Et puis, cette jeune femme n’avait rien à voir avec Olivia, elle n’avait pas l’air du genre de femme à être prête à tout pour obtenir ce qu’elle désirait. Je ne risquais donc rien à parler de la mère d’Emma. De toute manière, un jour ou l’autre, elle aurait fini par l’apprendre. Ce n’était pas vraiment un secret en ville, que j’élevais seul ma fille, d’ailleurs, lorsque la grossesse de ma copine avait été dévoilé, j’en avais pris plein la gueule, à croire que j’étais le seul responsable, et mes parents, et mon frère aussi, en avait subi les conséquences. Olivia était la pauvre fille qui s’était retrouver enceinte et moi un beau salop, alors que finalement, c’est elle qui avait tous les tords. J’avais eu du mal au départ, à ne pas me sentir blessé par les bruits de couloirs. Et puis, Emma état née et sa mère l’avait abandonné. Bizarrement, à ce moment-là, je n’étais plus le gros salop de l’histoire, j’étais devenu quelqu’un d’admirable, un mec qui n’avait pas hésiter à mettre fin à ses études et à ses rêves d’un métier valorisant et bien payé pour s’occuper de son bébé. C’était impressionnant la facilité qu’avaient les gens à se mêler de la privée des autres, de leurs voisins, alors qu’elle ne les regardait absolument pas. On est bien d’accord qu’une vie privée, c’est privé. Pas pour tout le monde, malheureusement. « En effet, ce n’était pas facile. Surtout au début, mais j’ai été bien aidé par ma famille. J’ai fait tout mon possible pour tenir mon rôle de père et remplacer celui de sa mère. » Je la remerciais d’un sourire. Je n’avais encore jamais reçu ce genre de compliment, la plupart du temps, j’étais plein et j’étais content qu’au moins une personne se soit rendu compte que j’avais réussis le but que de je m’étais fixer : bien éduquer mon enfant. Elle était intelligente, un peu chipie certes, mais j’en avais fait quelqu’un de bien. « Je suis moniteur d’autoécole ! » dis-je, en réponse à sa question. Il est vrai que j’avais indiqué très peu de choses sur mon sujet lorsque j’avais inscris Emma à l’école.

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Aoû - 18:07





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


Plus le temps passait, plus je me détendais face à Thomas. Il fallait bien dire que je n'avais pas l'habitude d'accoster les parents d’élèves ainsi, en dehors de l'école... Mais avec Thomas, c'était différent, car il me plaisait. J'avais peux être fait fort en lui posant des questions assez personnelles et intimes mais j'étais agréablement surprise que monsieur Verneuil me réponde franchement. Lorsqu'il finissait sa phrase, je secouais la tête avant d'afficher un petit sourire compatissant. Je me demandais bien ce que pouvais bien faire la mère d'Emma aujourd'hui?! Comment pouvait-elle encore se regarder dans la glace sans avoir des remords... des regrets?! Elle avait laissé tomber un homme craquant et gentil mais également une petite fille adorable et espiègle. J'étais ensuite ravie de changer de sujet car parler de la mère d'Emma me mettait petit à petit, dans un état d'énervement. Je ne connaissais même pas cette femme et elle m’horripilait rien que d'en parler! Mon visage s’éclaircissait lorsque Thomas me parlait de son métier. « Tiens donc! Donc vous savez ce que c'est d'enseigner également alors... » Je laissais échapper un petit rire. Je ne connaissais pas tous les métiers des parents d'élèves. J'en avais cependant retenus quelques uns comme une maman qui était institutrice, une maman conseillère d'orientation mais également un papa qui était pédiatre... Le sujet m'intriguais et je continuais mon interrogatoire. « Et donc, pour vous, le plus difficile dans votre métier, c'est quoi? » Une petite voix intérieure me chuchotait Stop Rozen, arrêtes, t'es pas psychologue, lâche lui la grappe! Mais je n'avais pas envie d'écouter cette petite voix.... Si je souhaitais me rapprocher de Thomas Verneuil, il fallait bien engager la conversation non?! Je cherchais tout à coup un dépliant dans mon sac à main avant de le tendre à Thomas. « Le week end prochain, la ville de Brest organise un week end parents/enfants avec pas mal d'animations. Moi j'irais par curiosité mais je pense que ça pourrait vous plaire, à tous les deux... » Etant institutrice, je recevais beaucoup de dépliants de ce genre. J'en discutais souvent autour de moi mais je n'en avais jamais parlé en face à face avec un parent d’élève.


made by pandora.



_________________
These days I'm fine, no these days I tend to lie
« It's dangerous to fall in love But I want to burn with you tonight. Hurt me»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Aoû - 10:40
J'étais devenu moniteur de conduite dans une auto-école par dépit. Je le reconnaissais volontiers, car j'avais un tout autre rêve à la base, celui de devenir pompier. Je faisais d'ailleurs des études de sport pour m’entraîner et gamin, je traînais toujours autour de la caserne. Mais une bête blessure en jouant au football, m'avait mit sur la touche. Je pensais pouvoir me remettre dans le bain assez rapidement et puis, Emma était arrivée et mes rêves, enterrer. La mère d'Emma, partie, je ne pouvais plus poursuivre mes études et réaliser mon rêve. Ce n'était plus possible. On sait tous qu'être soldat du feu, c'est dangereux, que l'on risque sa vie à chaque incendie, à chaque intervention. S'il m'était arrivé quelque chose, que serait devenue ma fille ? Déjà qu'elle n'avait pas de mère, elle ne pouvait pas, ne plus avoir de père. J'avais donc mis fin à ce rêve et je m'étais tourner vers un autre domaine ou j'étais douer. La conduite. J'étais devenu moniteur. Je suis un mec, ce n'est donc pas nécessaire de préciser que j'adore les bagnoles et puis, j'avais passé mon permis dans une auto-école fort sympathique, alors quand j'ai su qu'ils cherchaient un nouveau moniteur, j'ai tenter ma chance. Ni plus, ni moins et ça marcher, puisqu'ils m'ont engagés. Ça fait maintenant sept ans que je travail pour eux. "Oui, en effet ! Même si ça reste complètement différent comme discipline !" dis-je, avec un petit rire. Poursuivant sur sa lancée, elle me demanda ce que je trouvais le plus difficile dans mon métier. Je me mis à rire avant de répondre. "Apprendre à mes élèves à gérer les vitesses et le freinage !" Ce qui était évident pour moi, ne l'était pas forcément pour eux et j'avoue que les premiers temps, ça secouait pas mal. Puis, elle changea à nouveau de sujet de conversation, pour me parler d'un événement organisé par la ville de Brest, des journées concernant les parents et leurs enfants, avec des animations. En effet, cela pourrait plaire à Emma, mais je travaillais le samedi. "Oui, ça peut-être intéressant pour elle. Mais je bosse le samedi, peut-être que mon frère accepterait de l'accompagner." répondis-je, sans comprendre qu'elle attendait sans doute une autre réponse de ma part.

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Sep - 18:22





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


J'entendais monsieur Verneuil rire pour la première fois et mon cœur ratait un battement. Je ne savais pas dire pourquoi mais ce son me mettait à l'aise et me donnait du baume au cœur. Je riais avec lui lorsqu'il me disait que le plus difficile dans son métier était d'apprendre aux jeunes les vitesses et le freinage. J'imaginais bien le tableau! Quand j'avais passé mon permis, ce que j'appréhendais le plus, c'était la gestion des vitesses et le fait de caler! J'avais obtenue mon permis au bout de mon deuxième examen car la première fois, j'avais fais caler le moteur à chaque fois que je souhaitais faire démarrer le véhicule. Le fait d'être derrière un volant me remémorais trop l'accident dont avait été victime mon frère... J'avais toujours été ainsi: une grande angoissée. Mais avec le temps mais surtout depuis que j'étais institutrice, j'avais appris à gérer mes angoisses. Je plantais de nouveau mon regard dans celui de Thomas. Soit il n'avait peux être pas saisi la dernière phrase que je venais de lui dire soit il avait bien compris mais évitait mes sous entendus. Je m’éclaircissais discrètement la gorge. « C'est tout le week end. Et les dimanches, les animations sont encore plus diversifiées que la veille... » Je gardais les yeux posés sur Thomas avant de terminer mon café et d'attraper mon clé dans mon sac à main. J'hésitais quelques secondes avant d'écrire mon numéro de téléphone sur la serviette en papier qui se trouvait juste devant monsieur Verneuil. « Voici mon numéro... Si vous passez à Brest dimanche, si vous avez des questions ou n'importe quoi d'autre, appelez moi. » Là, j'avais pris mon courage à deux mains. C'était peux être rapide mais je ne pense pas que j'aurais eu d'autres occasions pareilles. Le message avait été clair, j'espérais que Thomas l'ai bien compris et qu'il m’appellerait prochainement. Qui ne tente rien n'a rien comme disais ma grand-mère. J'affichais un petit sourire avant de me lever. « J'ai beaucoup aimé discuter avec vous. Passez une bonne après-midi, monsieur Verneuil et bonjour à Emma de ma part. »


made by pandora.



_________________
These days I'm fine, no these days I tend to lie
« It's dangerous to fall in love But I want to burn with you tonight. Hurt me»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Thomas Verneuil
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 49
messages depuis que je me suis inscrit, le : 19/06/2016
Célébrité : Theo James
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Sophie
Activité(s) : Moniteur d'autoécole
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Sep - 10:52
Incroyable ! J’avais réussis à la faire rire. Comment avais-je fait, je n’en avais pas la moindre idée, mais je l’avais fait rire. Mon frère serait-il, il en serait tomber de sa chaise. Même Emma dit toujours que je ne sais rire et que mon sens de l’humour frise le ridicule. Mais je n’y peux rien, je ne suis pas facile à faire sourire, encore moins rire. Cela ne veut pas dire pour autant que je suis un gros coincé sans aucun humour, disons que mon humour n’est pas souvent compris et que je suis le seule à en rire. Il faut dire qu’avec mon travail, je n’ai pas souvent l’occasion de rigoler. Rire en conduisant, c’est comme parlé, ça déconcentre et autant éviter que possible, d’abimer la voiture, après, c’est retenu sur mon salaire. La jeune institutrice finit par me parler d’un évènement qui avait lieu à Brest, tout en précisant bien qu’elle y serait présente. Sur le moment, je ne voyais pas très bien pourquoi elle insistait sur ce point, aussi, je précisais que je travaillais le samedi et que, par conséquent, je ne pouvais pas m’y rendre avec la petite, que seul mon frère pourrait y aller. Mais elle ajouta que l’évènement avait lieu tout le week-end et que les animations étaient plus intéressantes le dimanche. Elle semblait vraiment vouloir que je m’y rende, et je ne comprenais pas pourquoi. Si Emma y allait avec son parrain, c’était bien aussi, non ? Si Thibault était-à, nul doute qu’il me flanquerait un bon coup sur la tête. J’étais fort long à la détente lorsque je m’y donnais les moyens. Elle termina ensuite son café, avant de rédiger son numéro de téléphone sur une serviette en papier, qu’elle me donna. Quel con ! En fait, elle se moque de l’évènement, c’est moi qu’elle semble vouloir voir. Je me gratte le nez, pensif, tandis qu’elle me souhaite une bonne après-midi. Juste avant qu’elle s’éloigne, j’ouvre enfin la bouche, espérant ne passer pour plus abruti que je ne le suis déjà. « Vous vouler dîner au restaurant un soir prochain ? » demandais-je, en bafouillant presque.

_________________

THOMAS VERNEUIL

Texte en construction. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Rozen Moreau
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 93
messages depuis que je me suis inscrit, le : 03/08/2016
Célébrité : Taylor Hill
Multi-compte(s) : Aucun
Activité(s) : Institutrice en école primaire
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Sep - 17:17





Thomas & Rozen

Everyone has scars...


Je devais carrément paraître pour une folle ou bien pour une psychopathe car j'avais tout de même lourdement insisté auprès de Thomas pour qu'il se rende à Brest dimanche. Il n'avait pas l'air d'avoir saisi mon invitation. Tant pis, j'aurais au moins essayé... Je pense que je m'en aurais tout de même voulu si j'étais partie sans rien n'avoir tenté car cette rencontre aujourd'hui était la meilleure occasion qu'il soit. Jamais je n'auras osé donner mon numéro de téléphone à Monsieur Verneuil à l'école, devant mes collègues, les parents d’élèves et encore moins devant sa fille! J'haussais discrètement les épaules avant d'attraper mon sac à main. Le pauvre Thomas n'avait même pas touché à sa pâtisserie depuis que je l'avais abordé, il devait surement avoir faim maintenant... Mais avant que je ne tourne les talons, Thomas me proposait soudainement un dîner au restaurant un soir prochain. La température de mon corps s’éleva et mon rythme cardiaque s’accélérait. Je ne rêvais pas?! Thomas venait de m'inviter pour un dîner avec lui?! Je lui adressais mon plus beau sourire. Celui qui est ni trop large, ni trop petit... Je hochais la tête pour affirmer mon accord.  « Bien sûr, avec plaisir. Appelez moi quand vous aurait trouvé le moment opportun. » Cette fois-ci, je tournais les talons avant de m'éloigner et de sortir du café. Thomas avait comme moi, un métier mais il avait surtout un enfant et je pouvais comprendre qu'il n'était parfois pas facile de faire garder un enfant rapidement. J'allais simplement attendre l'invitation de Thomas, le cœur léger.


made by pandora.




Fin du rp

_________________
These days I'm fine, no these days I tend to lie
« It's dangerous to fall in love But I want to burn with you tonight. Hurt me»
Revenir en haut Aller en bas
I'm Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Sondage pour les Scars Pirates
» APRIL † all my scars are open
» Scars Of Mind ϟ
» [45][2500 pts] Semper Ludens 2010, 06/07 Nov
» [M] SHANE WEST Ҩ Can we see beyond the scars ? [PRIS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUCRE-SALE :: Douce France :: Mont-de-Rousset :: Quartier Ouest :: Rue Commerçante :: Café du Théâtre-
Sauter vers: