SUCRE-SALE



 

 :: Douce France :: Mont-de-Rousset :: Quartier Est :: Zone Résidentielle :: Atalante Beaulieu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il faut que je te dise quelque chose d'important #Aiden

avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 10:15
Lorsque Thierry et moi, on préparait notre mariage et donc l’envoi de nos invitations, il m’avait fait part de son envie d’invité Aiden, son meilleur ami qu’il n’avait pas revu depuis un petit moment déjà. Ils s’étaient rencontrés au temps où ils étaient tous deux militaires. Malheureusement, notre invitation est restée sans réponse, ce que Thierry a mal prit, sur le moment. Moi, j’ai supposé qu’il eût ses raisons ou qu’il n’avait tout simplement pas reçu le faire-part. Tous les jours, la Pote perd du courrier, ce n’est pas nouveau. Et puis, nous n’y avons plus penser. Ce n’est qu’il y a quelques mois, que j’ai repensé à lui, quand nous avons cet accident et que Thierry est mort. J’ai repensé à cette invitation restée sans réponse et j’y ai vu un mauvais présage. J’avais le sentiment que si le meilleur ami de Thierry n’était pas venu, c’est parce qu’il avait des problèmes. Je devais partir. Quitter la Savoie, parce que vivre dans cet appartement était devenu trop difficile. J’avais besoin d’être chez-moi, mais en étant ailleurs. Dans un autre appartement, une autre ville, une autre région. Je savais qu’Aiden vivait en Bretagne, c’est moi qui avait recopier les adresses sur les enveloppes. Je me suis donc installée à Mont-de-Rousset. J’avais eu raison de changer d’air, de changer de lieu de vie. L’inspiration est revenue et j’ai très vite attaqué un nouveau roman. C’est entre la rédaction de deux chapitres que je me suis enfin décidé à aller voir Aiden pour lui apprendre la mauvaise nouvelle. Ce n‘était pas facile, d’une parce que je ne connaissais pas et d’autre part, parce que cela allait faire remonter à la surface, tous les souvenirs de Thierry. Souvenirs que j’essayais de mettre de côté pour ne pas devenir folle. C’est avec un album de photographies sous le bras que je me suis rendu chez le meilleur ami de mon mari. Je savais qu’il était fiancé, j’espérais seulement qu’il serait seul, car cela serait encore plus difficile pour moi. J’ai dû rester dix bonnes minutes devant l’immeuble avant de me décider à sonner enfin. Sera-t-il là ? Pourrait-il me recevoir ? Quelque part, j’espère que non, mais au fond, je ne sais pas ce que je veux vraiment.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 19:35

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

Aujourd'hui je ne travaillais pas avant au moins vingt-heure, comme j'étais encore "fragile" comme ils disent, je ne bossais que peu d'heures par jour. Mais je m'en fichais pas mal, cela m'empêchais de ruminer sans cesse à la maison mais e même temps je ne retrouvais pas pour autant mes souvenirs. Ce qui bien évidemment avait le don de m'exaspérer. Bref Apolline n'était pas là, sûrement à vadrouiller quelque part pour m'acheter encore des choses pour tenter de me faire souvenir. Je n'aimais pas particulièrement sa ténacité comme je l'aimais aussi. C'est assez tordu comme truc, des fois j'aimerai qu'elle me lâche mais en même temps je la remercie de ne pas le faire. Ouais je sais, la contradiction est immense dans mes propos. J'avais un bon bouquin entre les mains, à moitié allongé dans mon canapé quand j'entendis quelqu'un sonner à la porte.

Je me demandais qui ça pouvait être, je n'attendais personne et mon frère ne m'avait envoyé aucuns messages pour dire qu'il passait à la maison. Je me levais alors penaud, j'étais tellement bien dans mon canapé, posé avec un livre. Qui m'en sortait ? J'allais donc ouvrir la porte tombant sur une belle blonde qui devait probablement être dans mes âges. Était-ce une ex dont je ne me souvenais pas ? Je ne me rappelle même pas si j'étais un coureur de jupons. « Euh oui bonjour. C'est pour quoi ?... » si j'avais le malheur de la connaître, je me prendrais probablement une gifle en pleine tronche, encore plus si la personne ignore ce qui m'est arrivé par le passé. « Si vous cherchez Apolline elle n'est pas là mais vous pouvez entrer pour l'attendre ? » j'attendais une réponse avant d'ouvrir un peu plus la porte, je ne suis pas non plus débile à ce point là. Amnésique mais pas con encore !

J'avais beau essayer de creuser dans ma mémoire mais je ne me souvenais pas du tout de cette femme... J'en avais mal au crâne rien que de me forcer, je soupirais alors tout en me tenant la tête. « C'est pas contre vous mais si vous pouviez accélérer le rythme pour me dire ce qui vous amène ! » Super Blàs, très civilisé tout ça marmonna ma conscience. Ouais ben là franchement j'en avais marre de me sentir toujours paumé !

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Aoû - 9:41
Finalement, la porte s’ouvrit. Je manquais de courage, lorsque j’entendis le bruit des clés que l’on tourne dans la serrure, je faillis rebrousser chemin. Mais, mes jambes refusaient de bouger. Je devais l‘affronter et lui apprendre ce qui était arriver à son ami. Comment allait-il réagir ? Mal sans doute. Il ne me connaissait pas et je débarquais comme une fleur pour lui annoncer une mauvaise nouvelle. Mais je n’avais pas le choix, Thierry aurait voulu que son ami soit au courant, j’en était persuader. La porte s’ouvrit. C’était lui, Aiden. Il ne ressemblait en rien à l’idée que je m’étais fait de lui. À sa tête, je devinais qu’il se demandait qui j’étais, mais je restais muette, incapable de trouver les mots justes, les mots à prononcer. J’étais morte de trouille, il fallait bien l’admettre. Finalement, comme je restais muette, il finit par me demander de parler, sans doute qu’il avait mieux à faire. Je ne pouvais que le comprendre, moi-même, je préférais être ailleurs. N’importe ou plutôt qu’ici et surtout avec mon mari. Je restais sur le seuil, en proie à une furieuse terreur, une envie de fuir à toute jambe, mais je me devais de lui parler, de lui dire ce qui s’était passé. « C’est vous que je cherchais ! » avouais-je alors en me forçant à penser qu’une fois que j’aurais parlé, qu’une fois que j’aurais parlé de l‘accident, je me sentirais un peu mieux. « J’ai une mauvaise à vous annoncer. Thierry est … Il est mort. » Et je fondis en sanglots. Lorsque, pendant le trajet en train qui me conduisais jusqu’en Bretagne, j’avais répété cette conversation dans ma tête, jamais elle ne s’était passé comme ça. Je disais d’abord qui j’étais, il me faisait rentrer et puis il me demandait comment allait Thierry, alors je fondais en larmes et parlait de l’accident. Puis, on pleurait ensembles, on évoquait nos souvenirs, comme si on se connaissait depuis toujours alors que ce n’était pas le cas. Au lieu de ça, j’avais déballer d’un seul coup ce qui m’amenait, sans prendre la peine de me présenter. Mais il avait sans doute deviné, pas difficile à comprendre finalement. Il allait sans doute me prendre pour une folle. Mais quelque part, je l’étais. J’étais folle de chagrin depuis le décès de celui que j‘aimais le plus au monde.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû - 14:59

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

Cette femme était là devant ma porte sans avoir un seul mot qui sortait de sa bouche. Cela avait tendance à m'agacer, quand on venait me déranger que ça soit au moins pour une raison. Ce qui est sûr c'est que la femme qui devait approcher mes âges, était quelque peu troublée... Voire même attristée. Je la questionnais enfin dans l'espoir de savoir ce qu'il l’emmenait à moi, surtout qu'un mal de tête atroce commençait à montrer le bout de son nez. « C’est vous que je cherchais ! » Je tentais de fouiller dans ma mémoire en lambeaux pour essayer de savoir si je pouvais en effet la connaître. Mais rien ne me vint à l'esprit, était-je un homme à femme avant Apolline ? « Je ne voudrais pas paraître grossier mais je ne vous connait pas. Je fermais un peu plus la porte derrière moi, hors de question qu'elle rentre dans ma demeure sans que j'en sache plus. Qui diable était donc cette femme sur mon perron. « J’ai une mauvaise à vous annoncer. Thierry est … Il est mort. » La blondinette fondit en larmes sans que je ne puisse dire quoique se soit. Je levais alors les mains en l'air commençant à paniquer, que devais-je faire ? lui faire une tape amicale pour la calmer ? Sécher ses pleurs en lui faisant un câlin ? Beurk rien que cette pensée me donnait des frissons. J'étais pas doué, enfin plus doué pour toutes ses choses là. « Euh... Je crois que vous vous trompez de personne, je ne connais pas de Thierry... Enfin je crois...

Je tentais vainement de me rappeler si dans ma jeunesse ou même après j'avais connu un homme qui portait se prénom. « Je suis désolé, j'ai été dans le coma pendant six mois j'en suis sortit il y a deux mois indemne... Enfin presque puisque suite à cela je suis devenu amnésique alors... Je ne me souviens vraiment pas d'un type portant ce prénom... j'étais vraiment gêné et espérais vraiment que la jeune femme se soit trompé de gars car sinon... Je me sentirai vraiment mal pour la personne disparue. Car si elle vient me voir je juge que je devais être proche de ce Thierry. Je ne savais pas quoi d'autre, là pour le coup je me trouvais vraiment dans une impasse. Pourquoi fallait-il que ma mémoire me joue des tours. Je tapotais gentiment son épaule en balançant une phrase bateau qu'on connait si bien « Ca va aller...

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Aoû - 10:15
Lorsque je lui indique être venu le voir lui, il me répond, légèrement agacé je le vois bien, qu’il ne me connait pas. Normal, je ne le connais pas non plus, c’est la première fois que je le vois. Et je n’arrange pas les choses, car au lieu de me présenter, je lance tout à coup le but de ma visite. La mort de Thierry. Mais sa réaction n’est pas celle que j’attendais. Au lieu d’être choqué d’apprendre le décès de son meilleur ami, il me répond simplement que je ne me trompe de personne. Serait-il possible qu’il soit fâché et face semblant de ne pas savoir de qui je parle ? Ce n’est pas impossible, mes parents ont agi de la sorte lorsque j’ai épousé mon mari, ils n’étaient pas d’accord avec mes choix. Mais moi, je sais que je ne me trompe pas, de plus, s’il y avait eu erreur, le faire part d’invitation au mariage serait revenu chez nous, enfin, chez moi, mon ancien chez moi. Hors, ce n‘était pas le cas. Il l’avait reçu. Peut-être l’avait-il jeté sans le lire ? Encore une fois, c’était possible. Mais Thierry n’avait évoqué aucune dispute entre eux. Il était juste surpris de ne pas avoir plus souvent de ses nouvelles. Je ne comprenais donc pas pourquoi il disait que je me trompais. Que faire ? Faire demi-tour ? Je ne le pouvais pas. Parler à Aiden, s’était commencer la phase de deuil, ne plus jouer à faire semblant qu’il était encore-là. Je devais insister. Je n’en eus pas besoin car il finit par me dire qu’il avait fait six mois de coma après un accident, qu’il en était sorti il y a deux mois, soit au moment de la mort de mon mari. Son accident avait eu lieu au moment de l’envoi de cette fameuse invitation. Ce n‘était guère surprenant que nous n’ayons eu aucune réponse. Il luttait pour sa vie. Il avoua ensuite qu’il avait perdu la mémoire. J’avais beau ne pas le connaitre, je le croyais. Cela expliquait beaucoup de choses, y compris le mauvais pressentiment que j’avais eu. Au moins, même s’il avait perdu la mémoire, il était toujours en vie. Thierry n’avait pas eu « cette chance ». « C’était votre meilleur ami. Vous êtes connus lorsque vous étiez militaire. » lui dis-je alors, en reniflant. Avec maladresse il me tapota sur l’épaule en me signifiant que ça irait. Bizarrement, ce geste me calma. Un peut.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Aoû - 18:41

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

Cette femme blonde devant moi m'était totalement inconnue. Elle semblait dans tous ses états, mais j'ignorais pourquoi. Le pire fut quand elle m'annonça pourquoi elle était venue, je la regardais avec des yeux de merlan frit. Je ne me souvenais pas du tout de cet homme qui était son mari. Je trouvais cela horrible de ne pas m'en souvenir si nous étions proches, encore plus que celui-ci venait de mourir. Je ne pourrais même pas prendre le temps d'apprendre à le connaître de nouveau. Je me sentis tellement mal sur le coup ! J'expliquais alors les choses voyant le regard de la blondinette. Après tout logique, imaginez un peu comment cela pourrait être prit en dehors de son contexte. Avec maladresse je lui tapotais l'épaule pour tenter de la calmer un peu, ce qui bizarrement semblait suffire. « C’était votre meilleur ami. Vous êtes connus lorsque vous étiez militaire. » Ah oui Stelian m'en avait parlé, la seule chose dont je suis heureux de ne pas me souvenir c'est les horreurs qu'on voit à la guerre. Je me décalais pour ouvrir la porte et la laisser entrer. « Venez, je vous en prie. Nous allons prendre le temps de parler de lui » Je me sentais tellement coupable de ne pas me souvenir de mon meilleur ami décédé que je devais prendre la peine de l'écouter. Mais aussi me forcer à essayer de me rappeler de petites choses nous concernant.

Je l'invitais alors à s'asseoir sur le canapé en allant vers ma cuisine pour sortir deux verres puis je lui proposais « Vous souhaitez boire quelque chose ... » Je réalisais alors que je ne connaissais pas son prénom. « Au fait vous vous appelez comment ? » J'attendis la réponse aux deux questions posées avant de continuer sur ma lancée. Le prénom résonnait dans ma mémoire, mais impossible de me souvenir d'un Thierry ! Pourtant à l'armée on était quand même proches.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Aoû - 10:51
Je comprenais mieux pourquoi notre invitation était resté sans réponses, il n’était pas en mesure de le faire à cause de son accident. Si Thierry l’avait su, il serait allé le voir et peut-être qu’aujourd’hui, je ne serais pas veuve. Mais, avec des si et des peut-être on referait le monde. A dire vrai, je n’en savais rien. Ce que je sais, c’est que Thierry m’avait dit qu’Aiden était fiancé, alors pourquoi n’avait-elle prévenu personne ? C’était étrange quand même, enfin, c’était comme ça, malheureusement, je ne pouvais pas revenir en arrière. Si c’était possible, croyez bien que j’aurais déjà tout tenter. Le jeune homme me fit entrer, pour prendre le temps de parler de lui. J’étais soulagée, j’avais craint qu’il ne me referme la porte au nez. Il est vrai qu’il était la meilleure personne pour m’écouter, enfin, je me comprends. En dehors de moi, il était celui qui connaissait le mieux Thierry et si moi, ça me soulageait de parler de lui avec lui, peut-être que lui, ça l’aiderait avec sa mémoire en vrac. Je l’ai remercié d’un sourire, avant de le suivre à l’intérieur. L’appartement était frais et chaleureux. Il me proposa de m’assoir sur le canapé, ce que je fis, gardant mon sac à main sur mes genoux, pour me rassurée. J’étais une véritable pelote de nerf. Aiden me demanda si je souhaitais boire quelque chose, après avoir sorti deux verres du placard de la cuisine. « Je veux bien de l’eau, merci ! » répondis-je, en constatant que j’avais le gosier sec et qu’un verre d’eau fraiche me ferais le plus grand bien. Il me demanda ensuite comment je me prénommais. « Je m‘appelle Sophie ! » répondis-je, avec un pâle sourire.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Aoû - 12:45

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

J'ignorais totalement comment agir avec cette femme que je ne connaissais pas. Elle était venue m'annoncer la mort de mon meilleur ami, bien sûr je ne me rappelais pas de lui ce qui avait le don de me mettre un peu mal à l'aise. Comment devais-je agir ? Comment devrais-je faire mon deuil si ma mémoire refusait de me donner des souvenirs. Je lui proposais alors de venir à la maison, après tout je ne pouvais pas la laisser dehors, ni encore moins lui dire de foutre le camp. Ce ne serait pas approprié puis je ne pense pas que feu mon meilleur ami apprécierait même si je n'ai aucuns souvenirs de lui. je la questionnais alors pour savoir si elle souhaitait boire quelque chose, vu son état je lui aurait bien proposé un truc de fort mais ps l'idéal si la blondinette repart en voiture. « Je veux bien de l’eau, merci ! » Je pris alors une carafe que je remplis d'eau pour ma part se sera une bière. Je pris alors le verre, la carafe ainsi que ma bière puis partis m'asseoir à ses côtés sur le canapé. Je lui servit alors sa boisson tout en lui demandant son prénom que j'ignorais toujours. « Je m‘appelle Sophie ! » La jeune femme était belle, mon meilleur ami avait de très bon goûts, la blonde devait probablement être dans mes âges. « Enchanté alors ! » je souriais doucement, j'avais perdu l'habitude d'être avec des gens. Depuis mon accident je traînais surtout à la maison. Je bossais un peu de temps en temps pour reprendre le train train quotidien mais là encore j'avais du mal à dialoguer.

Je bus une grande gorgée de ma boisson très certainement pour me donner du courage. Puis je m'éclaircis la gorge avant de demander timidement « Et... Euh comment a-t-il perdu la vie ? » je tentais de la poser avec le plus de tact possible, bien qu'il n'y en ai jamais dans ce cas de figure. J'ignorais totalement comment agir, n'ayant pas le moindre souvenir j'avais peur de paraître insensible à ce décès, d'être comment dire un salaud qui en a rien à foutre que ce mec soit mort. « Je suis désolé si je peux paraître froid, c'est vrai que je ne me souviens pas de lui alors... Ça ne me touche pas réellement... Par contre si ma mémoire revient un jour je vais morfler si nous étions très proches lui et moi... » Je pris une deuxième gorgée de ma boisson n'osant pas vraiment regardant la femme à mes côtés, autant être franc même si cela pouvait la blesser. Il ne fallait pas que Sophie s'attende à ce que je pleure dans ses bras.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Aoû - 11:00
Après la mort de Thierry, je l’admets, j’ai été tenté de boire pour oublier, mais, très vite, je me suis rendu compte que ce n‘était pas la solution, que boire comme un trou ne m’aiderait pas. Qu’une fois l’alcool cuvée, la tristesse reviendrait. Oui, dans ce genre de situation, on est tenté de céder à la facilité. Justement, parce que c’est facile. Mais je ne pense pas qu’il aurait voulu ça de moi, d’ailleurs, non, je ne le pense pas, je le sais. Il suffit que je ferme les yeux, lorsque je sens que je tombe pour l’entendre me dire, Sophie, réveille-toi et bouge ! Ne te laisse pas abattre, je ne suis peut-être plus là, mais on avait des rêves alors réalise-les pour nous. Oui, il me dirait ça, j’en suis persuadé, alors dans ces cas-là, je me relève, la tête haute et je me force à penser à moi et à ce qui m’attends, même si c’est difficile, même si parfois, c’est insurmontable. Même s’il y a des jours ou je ne voudrais pas me réveiller, je me force à le faire et à avancer, pour lui. Aujourd’hui, j’ai conscience d’avoir fait un grand pas en avant en allant voir son meilleur ami. Certes, la rencontre n’est pas celle que j’imaginais. Même si je sais que Thierry est mort et qu’il ne reviendra pas, je pensais que son ami, lui, serait là. Mais il est amnésique et je dois faire avec. Je n’ai pas le choix et lui non plus. Je le remercie pour le verre d’eau. « Moi aussi ! » C’est toujours plaisant de faire de nouvelles connaissances, même lorsqu’elles ne se déroulent pas de la façon dont on l’aurait souhaité. Jamais je n’aurais cru qu’un jour je ferais la connaissance du meilleur ami de mon mari dans de telles circonstances. Il reprit la parole, s’excusant pour sa froideur, il ne se souvenait pas de lui alors, sa mort ne le touchait pas. Je comprenais. « Ce n’est pas de votre faute ! sachez que le jour où vous vous souviendrez de lui, je serais-là. » lui répondis-je, simplement. Je ne sais pas s’il se souviendra, après tout, je ne suis pas médecin, seulement romancière. « Nous étions en week-end sur la Côte d’Azur et il a été renversé par un chauffard. Le conducteur ne s’est pas arrêter. » C’était bref, mais c’était ce qui était arriver. Lui-même avait eu un accident, je ne sais pas de quoi, je n’osais pas lui poser la question. Et puis, ce n’était le but de ma visite, la nouvelle de son amnésie m’avait prise au dépourvue.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Aoû - 0:21

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

Je l'avais invité à entrer, je ne pouvais décemment pas la laisser sur le pas de la porte dans l'état dans lequel elle était. Cela dit j'ignorais comment agir, je ne me souvenais pas de feu son mari et donc de mon sois disant meilleur ami. Comment agir dans ces cas là, je lui apporta un verre d'eau tout en lui demandant son prénom, actuellement je ne pouvais pas faire mieux qu'essayer de la connaître elle. Sophie me dit alors que moi et Thierry nous nous étions connus pendant que nous étions tous les deux à la guerre donc dans l'armée. Mais j'avais beau essayer de me rappeler rien ne me revenait en mémoire ce qui avait le don de m'exaspérer. Pourtant en tant de guerres on travaillait en équipe, je ne comprenais pas que je ne me souvienne plus de lui. J'avais limite envie de me taper la tête contre les murs pour faire un choc et que tout me revienne en mémoire. Nous finîmes par nous présenter, parce que bon c'est mignon tout cela mais je ne connaissais toujours pas son prénom. J'étais enchanté de la connaître « Moi aussi ! » Je m'en voulais tellement de ne pas me souvenir de son défunt mari, mais je lui promis sûrement un peu trop vite que je ferai tout pour que les moments avec lui me reviennent. « Ce n’est pas de votre faute ! sachez que le jour où vous vous souviendrez de lui, je serais-là. » La jeune femme était gentille avec moi, elle aurait pu m'envoyer bouler mais non elle comprenait que je ne faisais pas exprès. « Juste n'espérez pas trop, le médecin m'a dit que ça pourrait très bien ne jamais revenir... » Je baissais la tête ne sachant quoi dire d'autre.

Je mis alors du temps à poser la question, je ne trouvais pas cela approprié de lui faire se rappeler ce dure moment. Mais je me devais moi aussi de savoir comment mon meilleur ami inconnu enfin... Etait mort. « Nous étions en week-end sur la Côte d’Azur et il a été renversé par un chauffard. Le conducteur ne s’est pas arrêter. » Je serrais les poings, manquant presque de briser le fin verre que je tenais, je lâchais alors un juron odieux, mais le pire de tous je crois... « Pardon... Ouais du coup pas évident pour faire son deuil convenablement quand on sait qu'un connard n'a pas payé pour le crime commis... » Quoi dire de plus face à cette réponse...

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Aoû - 11:23
Ne jamais revenir. J’avais conscience qu’effectivement, ça pourrait être le cas, mais j’avais fait ce que j’étais venue faire ici, ce qui m’avait poussé à venir jusqu’ici. Oui, j’avais déménager parce que continuer à vivre dans l’appartement que Thierry et moi avions acheter, c’était devenu impossible à gérer, à supporter, mais j’étais aussi parie parce que j’avais besoin d‘évoquer le souvenir de mon mari disparu avec quelqu’un qui le connaissait aussi bien, et peut-être mieux que moi. Certes, il ne se rappelait pas de lui à cause de son accident et il faut dire qu’ils avaient fait connaissance dans un moment fort difficile. La guerre, ce n’est agréable pour personne. Mais ça n’avait pas d’importance, le simple fait de lui en avoir parlé, ça m’avait fait du bien. Bien sûr, il serait mieux s’il s’en souvenait et je ne parle pas pour moi mais bien pour lui, parce que ça ne doit pas être évident, pour lui, mais aussi pour sa fiancée. Mais oui, c’est vrai, lui en avoir paré, ça m’avait soulagée, libérée d’un poids qui me compressait la poitrine depuis le soir de l‘accident qui avait tuer Thierry. « Je m’en doute. Vous avez beaucoup de courage. » répondis-je, avec un pâle sourire. C’est vrai, il avait beaucoup de courage, mais quand on est entouré, c’est plus facile, je suppose. Si j’avais été blessée dans l’accident, au point d’en perdre la mémoire, je n’aurais eu personne pour me soutenir et m’aider à aller mieux. Ceci dit, je n’avais pas perdu la mémoire et pourtant, j’étais seule au monde. Aiden me demanda ensuite comment Thierry était mort. En parlé m’était toujours douloureux et même s’il ne se souvenait pas de lui, il avait le droit de savoir. J’expliquais alors rapidement les faits, il répondit par un mot grossier, mais je ne lui en voulais pas. Tout le monde à une réaction différente lorsque j’en parlais. Il a la sienne et c’est bien normal. « En effet. Et le plus difficile, c’est de ne pas savoir de qui il s’agit. » En même temps, ma phrase n’avait aucune utilité, car après tout si le conducteur ne s’était pas arrêter, personne ne pouvoir savoir de qui il s’agissait. Bravo Sophie.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Sep - 9:16

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

Des fois, je me dis qu'il faudrait vraiment que j'apprenne à fermer mon clapet. Ou bien à dire les choses avec plus de tact, en accueillant la jeune femme chez moi j'avais fais preuve d'humanisme. Même si j'ignorais pertinemment qui elle était et qui était Thierry. Mais apparemment nous nous étions connus quand j'étais encore militaire. Je lui avouais alors ne rien savoir de lui, enfin plutôt que je ne m'en souvenais pas à cause de mon accident et donc de mon amnésie partielle mais presque totale en fait. Je lui répondis alors qu'il ne fallait pas avoir trop d'espoir quant au fait que je puisse me rappeler de lui. Même les médecins que j'avais vu ignoraient si un jour ma mémoire reviendrait ou si... Je devrai tout simplement me refaire de nouveau souvenirs avec mes proches. Moi j'espérais qu'elle revienne, mais le vouloir ne faisait pas tout. « Je m’en doute. Vous avez beaucoup de courage. » Je ne sais pas, au début j'ai été lâche, je ne souhaitais voir personne. Je m'étais en quelque sorte enfermé dans mon mal être, c'est mon frère qui me boosta assez violemment je dois le dire. « Disons que j'ai surtout des personnes autour de moi qui mérite que je me batte pour elles... » dis-je tout simplement sans m'étaler d'avantage. De plus, Sophie ne souhaitait peut-être pas entendre cela, ce n'était pas à moi de me plaindre. Après tout, j'étais encore en vie moi ! Je n'avais pas vraiment le droit de me plaindre face à ce que la blonde vivait.

J'avais ramener de l'eau pour qu'elle puisse se ressaisir en buvant quelques gorgées, je la questionnais alors sur la mort de mon soit disant meilleur ami. Alors oui cela ne devait pas être évident pour elle d'en parler mais... Je pense que je méritais de savoir ce qu'il s'est passé. Je ne pus m’empêcher de pousser un juron quand elle m'expliqua ce qui s'était passé. « En effet. Et le plus difficile, c’est de ne pas savoir de qui il s’agit. » Je veux bien la croire, nous ne pouvions pas faire notre deuil convenablement dans ces conditions. Mais, le pire c'est qu'il ne soit pas punit non plus pour l'acte qu'il avait commis. « Ce qui est sûr c'est que malgré tout il faut essayer de remonter la pente. Alors je sais c'est pas évident du tout mais faut se dire que votre mari n'aimerait pas vous voir ainsi ! » Je ne savais pas réellement quoi dire pour être réconfortant, je ne pensais pas être dans cette situation de sitôt.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Sep - 10:17
Avant de rencontrer Thierry, le mariage, la vie de couple, la vie de famille, ce n’était pas du tout mon rêve, encore mon ambition première. Je ne dis pas que je ne voulais pas d’homme dans ma vie, disons plutôt que je n’y pensais pas du tout. J’étais prise dans la rédaction de mes romans, dans la promotion de ceux-ci, j’espérais en voir un adapté un jour au cinéma ou à la télévision, j’essayais de deviner quel acteur pour prêter ses traits au flic de mon roman policier, celui dont je suis la plus fière. Mais je ne songeais pas du tout à rencontrer quelqu’un, au grand désespoir de ma mère. Et puis, j’avais rencontré Thierry et tout s’était enchainer très vite. Je ne pensais pas que je pourrais tomber amoureuse à ce point et c’est arriver. Il était devenu, en peu de temps, ma priorité, au grand désespoir de ma mère. Je ne comprenais d’ailleurs pas pourquoi. Elle voulait que j’aie un homme dans ma vie et le jour où je le trouve, elle le déteste. Il ne lui avait pourtant rien fait. Mais à ses yeux, nous nous étions engagées trop vite. Je l’entends encore me dire, tu ver ma chérie, il te laissera tomber et tu n’auras plus que tes yeux pour pleurer. En un sens, elle n’avait pas tort, je n’avais plus que mes yeux pour pleurer, mais Thierry ne m’avait pas laisser tomber, il était mort et je sais qu’une rupture, bien que douloureuse, aurait été préférable. « C’est toujours plus facile lorsqu’on est bien entourée. Moi, ce n’est pas mon cas ! » répondis-je en soupirant. Ce n’était pas complètement vrai, j’avais toujours mes parents, mais ils n’aimaient pas mon mari, dans ces conditions je ne voulais pas parler de lui avec eux, c’était faux-cul de leur part de se montrer triste pour moi. Le meilleur ami de Thierry était peut-être privé de sa mémoire, il n’en restait pas moins à l’écoute et je sais qu’un jour, je saurais lui rendre la pareil. « Je le sais, d’ailleurs, c’est pour lui que je trouve le courage de me lever le matin. » répondis-je, simplement.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Sep - 9:57

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

J'avais avoué à la jeune femme que je ne me rappelais pas le moins du monde de son mari, elle parut alors moins surprise. Pourquoi ? Avais-je oublié de répondre à un sms, une lettre où bien je ne sais pas quoi d'autre encore... En même temps, cela aurait dur de le faire dans le coma et je sais que Apolline avait d'autre chat à fouetter que de s'occuper de mon courrier ou autre. Mais maintenant j'étais là, bien sûr trop tard. Je m'excusais alors de ne pas pouvoir me souvenir, la prévenant que cela ne pourrait jamais revenir selon les dires des médecins. La blonde m'annonçait simplement que j'avais du courage pour me battre ainsi, je répondis tout simplement que... Ben j'avais des personnes autour de moi qui méritaient que je me batte pour elle, que je tente de me souvenir puis si ce n'était pas le cas, que je réapprenne à vivre en créant de nouveaux souvenirs. « C’est toujours plus facile lorsqu’on est bien entourée. Moi, ce n’est pas mon cas ! » Sophie soupira, je ne savais pas réellement quoi lui dire, après tout je ne la connaissais pas, je ne pouvais me permettre de juger. « On a tous quelqu'un qui tient à nous et souhaite notre bonheur... Enfin je pense... » après tout qu'en savais-je, la demoiselle était peut-être fille unique, sans famille donc orpheline. Son mari était peut-être la seule personne qu'elle côtoyais. « Ca ne me regarde peut-être pas... Mais vous devez bien avoir des amis ou de la famille a qui en parler. Ou vous pourriez passer un peu de temps pour tenter de vous changez les idées... » Je voulais tenter de la rassurer mais je ne suis pas sûr d'être vraiment doué là dedans.

Sophie ignorait qui avait causé l'accident de son mari puisque le lâche à prit la fuite laissant la pauvre victime peut-être agoniser. Ce qui est sûr c'est que j'espérais que mon ami soit mort rapidement ou sur le coup, pour ne pas avoir tant souffert. Même si je ne me rappelais plus de lui, je lui souhaitais au moins cela. J'annonçais alors à la blondinette qu'il ne voudrait pas la voir se morfondre et que... Il fallait tenter de remonter la pente, bien sûr plus aisé à dire qu'à faire j'en ai bien conscience mais bon... « Je le sais, d’ailleurs, c’est pour lui que je trouve le courage de me lever le matin. » Je pris alors sa main nouant mes doigts aux siens je ne sais pas pourquoi je fis cela, mon autre main vint envelopper la sienne et la mienne nouée entres elles. « Je sais que je parais un piètre ami à cet instant même mais si vous avez besoin je suis là. Je suis sûr que c'est ce qu'il attend de moi là-haut » dis-je en levant les yeux au ciel, j'ai toujours été une personne altruiste cela ne changera pas vraiment. « Vous habitiez dans le coin ? Et vous où êtes vous actuellement ? » J'espérais quand même que la jeune femme ne soit pas à la rue.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Sep - 10:18
En principe, oui, nous avons tous des gens qui tiennent à nous et qui sont présents lors des moments difficiles de la vie. Car la vie peut-être une véritable garce quand elle le veut, et ça fait mal d’être seule dans ses cas là. Mais je n’ai pas menti en disant que ce n’était pas mon cas, que je n’étais pas entourée d’amis proches ou de ma famille depuis la mort de Thierry. « Une famille, oui, j’en ai une. Mais ils ont toujours détesté Thierry, ils n’étaient pas d’accord avec notre mariage, alors, je me vois mal leur parlé, maintenant qu’ils font tout pour en faire un Saint. C’est trop tard, c’est avant qu’il fallait apprendre à le connaitre ! ». Le comportement de ma famille me mettait hors de moi, mais je ne pouvais pas faire grand-chose pour les changer. Comme le reste, c’était trop tard. Je pourrais avouer à Aiden que le fait qu’il ne souvienne pas de Thierry changeait beaucoup de choses, mon époux avait penser que si Aiden ne répondait pas à notre invitation, c’était parce qu’il ne voulait plus de leur amitié, qu’il était passé à autre chose. Je savais désormais que ce n’était pas le cas, qu’il n’y était pour rien. Néanmoins, Thierry était mor en pensant que son ami lui en voulait et je ne pouvais rien faire. « J’ai quitté ma famille pour me changer les idées. Je n’avais encore jamais mis les pieds en Bretagne. » expliquais-je alors.

J’ignorais toujours qui avait tué mon mari et sans doute que je ne le saurais jamais. J’imagine que le responsable ne va pas débarquer un matin à mon domicile pour s’excuser d’avoir tué mon mari. Je devais donc penser à autre chose, car déprimé ne me le ramènerait pas. Bien au contraire. Aiden avait raison, je devais me montrer forte. Il me prit la main, dans un geste rassurant et je la serais fort. « Merci, c’est très gentil à vous ! » lui dis-je, reconnaissante. Il me demanda ensuite où je vivais. Peut-être croyait-il que j’étais à l’hôtel. « J’ai un petit appartement en ville ! »

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Aiden Blàs
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 454
messages depuis que je me suis inscrit, le : 20/06/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Multi-compte(s) : Non je ne suis pas schizophrène
Activité(s) : Il a été militaire dans la marine pendant trois ans puis par la suite est devenu cuisinier à "La Fourchette d'argent"
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Sep - 12:19

Il faut que je te dise quelque chose d'important
Feat Sophie

J'ignorais ce que je pouvais réellement lui dire, après tout je ne savais pas du tout ce qu'il en était de notre relation. Nous connaissions nous bien ? Était-ce simplement la femme de mon meilleur ami à mes yeux ? Pouvait-on se supporter elle et moi ? Elle m'annonça alors qu'avec l'aide de gens extérieur, il était plus aisé de réussir à s'en sortir. Je rétorquais alors qu'elle devait bien elle aussi avoir une famille ou des amis qui pouvait l'aider un peu. DU moins, la sortir de son train train ordinaire pour que Sophie essaye d'aller un peu mieux. « Une famille, oui, j’en ai une. Mais ils ont toujours détesté Thierry, ils n’étaient pas d’accord avec notre mariage, alors, je me vois mal leur parlé, maintenant qu’ils font tout pour en faire un Saint. C’est trop tard, c’est avant qu’il fallait apprendre à le connaitre ! » Je comprenais son point de vue, il n'est pas évident de choisir entre sa famille ou son compagnon. Je sais que moi je n'ai eu aucuns soucis, Apolline était appréciée autant par ma mère que par Stelian mon frère. « Je suis sincèrement désolé qu'avec votre famille ça ne se passe pas comme prévu. » Que vouliez-vous que je dise de plus ? Après tout je ne savais pas du tout comment me comporter avec Sophie. « J’ai quitté ma famille pour me changer les idées. Je n’avais encore jamais mis les pieds en Bretagne. » Je lui souriais, la jeune femme avait choisi le bon endroit pour se ressourcer, la Bretagne était magnifique des fois nous avions l'impression de nous balader dans les criques du sud de la France. « Si vous voulez je pourrais vous faire visiter quelques coins vraiment sauvage de la Bretagne pour vous changez les idées ! » C'est la moindre des choses que je pouvais faire pour elle.

Nous parlâmes alors de son accident, j'avais bien envie d'étriper le mec ou la nana qui avait osé fuir plutôt que d'aider mon ami qui était en train de dépérir. Je proposais alors mon aide à la jeune blonde, oui je ne me souvenais de rien mais si elle avait besoin de ma présence, je répondrai présent sans me poser la moindre question. « Merci, c’est très gentil à vous ! » Je souriais pour moi agir de la sorte était tout à fait normale, mon frère m'a toujours dis que l'altruisme faisait partit intégrante de moi. Je la questionnais pas la suite afin de savoir si elle avait trouvé un logement, parce que si elle venait d'arriver j'aurai pu lui proposer ma chambre d'amis le temps qu'elle trouve quelque chose. « J’ai un petit appartement en ville ! » Je l'observais en souriant, ouais je faisais pas si souvent que cela la gueule. « Malgré les circonstances j'espère que vous vous y plaisez bien ? »

© ACIDBRAIN
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Sep - 10:45
Je me rendais compte que j’avais oublié de lui dire quelque chose d’important, nous ne nous étions jamais rencontré, c’était la première fois. Bien sûr, j’avais entendu parlé de lui à maintes reprises, mais lui n’avait jamais entendu parlé de moi. Du moins, jamais à ma connaissance. S’il est vrai que Thierry et moi nous nous étions engagés très vite, je ne pense pas qu’il ait parlé de moi avec son meilleur ami. Ils se parlaient au téléphone, certes, mais au moment de l’envoi des faire-part de notre mariage, ça faisait un bon moment qu’il n’avait pas eu de ses nouvelles. Je comprenais pourquoi aujourd’hui. Si Thierry avait su pour son ami, nous ne serions jamais aller dans le sud de la France ou il avait perdu la vie, nous serions allés directement en Bretagne, à Mont-de-Rousset et Thierry serait encore-là, Aiden aurait son ami auprès de lui, et moi, j’aurais toujours mon mari. Peut-être même que nous aurions eu un enfant ensemble. Car, avant de partir passer ses quelques jours sur la Côte d’Azur, nous en avions parlés. Malheureusement, ça n’arriverait jamais. Ma vie s’était arrêter en même temps que celle de mon mari. Oui, j’étais toujours vivante, oui, je continuais de vivre aussi normalement que possible, parce qu’il n’aurait jamais voulu que je laisse tomber, mais ce n’était plus pareil sans lui. Sans lui, je ne vivais pas, je survivais, et c’était de plus en plus difficile de se lever le matin. Il s’excusa de savoir que ça se passait mal avec ma famille, je lui fis un sourire reconnaissant. Il n’y avait rien à dire de plus sur le sujet, je ne pouvais pas changer le point de vu de mes parents. Il me demanda ensuite si j’avais trouvé à me loger en ville, c’était le cas. Puis, il en vint à me proposer de me faire visiter ses endroits préférés dans la région. Il est vrai que ça ne pouvait que me faire du bien, et qui sait, peut-être me changer les idées et me donner de nouvelles idées pour des prochains romans. « Avec plaisir ! » répondis-je, avec un petit sourire. Un vrai, cette fois. J’avais eu raison de venir le voir, même si ma démarche avait été maladroite, j’avais eu raison.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
I'm Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Envie de taper sur quelque chose
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Dessine-moi... Quelque chose :B
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUCRE-SALE :: Douce France :: Mont-de-Rousset :: Quartier Est :: Zone Résidentielle :: Atalante Beaulieu-
Sauter vers: