SUCRE-SALE



 

 :: Douce France :: Mont-de-Rousset :: Quartier Sud :: Rue Commerçante :: L'Apostrophe Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Once Upon A Time -Sophie-

avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 9:09
Sophie & Apolline

Once Upon A Time


Il n'était pas loin de treize heures quand j'entrai dans la libraire où j'avais rendez-vous. Je n'aimais pas dire le mot "rendez-vous" je préférais plutôt parler d'une "rencontre entre lecteurs et romanciers" parce qu'en fin de compte, la plupart des gens qui venaient, connaissaient les personnes qui venaient faire la promo de leurs livres, un rendez-vous, cela signifiait, aussi, quelque chose de professionnel alors qu'ici, nous venions surtout pour nous divertir, pour passer du bon temps avec des inconnus.

Quoi qu'il en soit, j'avais mon sac sous le bras avec à l'intérieur, un exemplaire de mon premier livre, le premier de la saga qui comptera un troisième et dernier livre...Qui n'est pas encore écrit. il faut dire qu'avec tout ce qui se passait dans ma vie, cela ne facilitait pas l'écriture. Les feuilles dans ses cheveux, mon livre, racontait l'histoire d'une jeune femme, voulant retrouver son père à tout prix. Voyageant aux quatre coins du monde, l'histoire du deuxième tome se terminait sur la rencontre d'un homme dont Ella, l'héroïne de l'histoire, tombait follement amoureuse. Dans le troisième tome, j'allais montrer que cet homme était le meilleur ami de son père, elle allait le retrouver et tout allait bien se finir.

Mais je n'allais rien dévoiler, ou très peu de chose, aujourd'hui aux lecteurs. Et puis je n'étais pas la seule romancière de la rencontre, nous étions quelques personnes à venir et pour tout avouer, je ne savais pas qui serait de la partie. M'approchant de la liste des personnes qui viendraient, je remarquai alors un nom : Sophie Godart. Je connaissais ce nom parce que ses livres étaient géniaux, je les avais dans la bibliothèque à la maison, je crois même qu'Aiden en avait pris un pour le livre la dernière fois.

Quoi qu'il en soit, j'étais heureuse de pouvoir la rencontrer. Je m'installais à table et attendis les autres écrivains. J'étais la première à arrivée mais les autres ne tardèrent pas. Sophie arriva quelques minutes avant que la rencontre ne commence, toute souriante, je me levai et allais me présenter. " Salut, je m'appelle Apolline Bradley, enchantée de te connaître, je suis une grande fan !"



luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Aoû - 9:39
Je me suis souviens, j’étais très jeune lorsque j’ai décidé de devenir écrivain. J’ai toujours aimer lire et écrire, j’avais à peine cinq ans lorsque j’ai inventé ma première histoire. Bien sûr, en ce temps je ne savais pas encore écrire, c’est donc ma mère qui s’est chargé de le faire pour moi. Plus tard, je me suis lancée dans la rédaction d’un blog. Blog dans lequel je racontais ma vie d’adolescente, mes rires, mes larmes, enfin tout. Blog qui a connu son petit succès. Je ne l’ai jamais fermé, il est toujours visible sur Internet. Mes lecteurs aujourd’hui, ne sont plus virtuels, mais réels. Enfin, ils l’ont toujours été, mais à l’époque, je ne les voyais pas. Lorsque mon premier livre est sorti, ça m’a fait un drôle d’effet de voir ces gens en chair et en os, me dire qu’ils aimaient mon travail, qu’ils avaient hâte de découvrir le prochain. Bien évidemment, je n’ai pas le même succès que des hauteurs bien connus que je ne citerais pas, mais j’ai mes lecteurs, mes fidèles lecteurs. Ils ont même créé une page communautaire sur Facebook pour me soutenir. Je trouve ça adorable. Je n’ai pourtant pas eu le cœur de leur dire pour quelles raisons, depuis plusieurs mois, j’étais invisible, pourquoi je n’écrivais plus. Ma peine ne concerne que moi et je sais très bien qui si ça venait à se savoir pour mon mari, on ne manquerait pas de me dire « écrit sur lui, tu verras, ça te fera du bien. Comme une thérapie. » Sauf que je n’ai pas besoin d’une thérapie, je n’ai pas besoin de parler de Thierry dans un livre et de raconter mon chagrin. Ce chagrin, il ne regarde que moi et moi-seule. Mais, en venant ici, une nouvelle histoire m’est venu en tête. Une histoire d’amour sous font de fantastique. J’aime l’imaginaire, le bestiaire, les choses qui n’existent pas dans le réel. Les fées, les dragons, la magie. Mon livre parlera de tout ça. De deux êtres qui s’aiment, de deux âmes sœurs que la mort va séparer et qui finiront par se retrouver, de l’autre côté. Et par revenir dans le monde des vivants, grâce à la magie des pierres celtiques. Laforce de leur amour, c’est ce qui les sauvera. J’ai aussi autre chose en tête, une histoire policière. C’est avec un roman policier que je me suis fait connaître, c’est un style qui me ressemble. Aujourd’hui, je me rends dans une librairie roussetoise pour présenter mon projet en cours d’écriture et dédicacer mes précédents livres. Ils sont au nombre de quatre et je n’en suis pas peu fière. Lorsque j’arrivais à la séance, il y avait déjà une personne. Lorsque je la vis, mon cœur ce serra. Thierry m’avait offert le premier tome de sa saga pour nos six mois de mariage. Lorsque j‘avais déballer le livre, j’étais aux anges, loin de me douter que ce cadeau, serait le dernier qu’il me ferait. A l’évidence, elle m’avait reconnu moi aussi. « Je sais ! » dis-je, lorsqu’elle se présenta. « J’ai lu ton livre moi aussi. Le premier tome. Et je compte me procurer le deuxième. » Le lire, ça allait me permettre de faire comme il était là, avec moi. Il était toujours près de moi, quand je lisais.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Aoû - 10:14
Sophie & Apolline

Once Upon A Time



Le jeune femme semblait triste. Bien sûre, cela ne se voyait pas aux premiers regards mais je ressentais sa tristesse dès qu'elle avait émit son premier mot à mon égard. Elle était jolie, en fait, plus belle encore que sur le photo mise dans ses livres -en même temps j'avais compris depuis longtemps que l'éditeur avait toujours son mot à dire sur la photo de l'écrivain et qu'il ne mettait pas forcément celle qu'on préférait-.

Je m'étais alors levée pour la saluer, me présentant avant que celle-ci ne rétorque qu'elle savait qui j'étais et qu'elle lisait mes livres. Mes joues se mirent à rosirent. Une de mes auteurs préférées aimait ce que j'écraivais! Je lui fis un doux sourire. "Je vous l'offre après la séance si vous le souhaitez. J'ai ramené un carton entier du premier et du deuxième au cas où la librairie n'en n'avait pas" Valait mieux être prévoyante non?

Quelques autres auteurs étaient là aussi, j'en connaissais quelques uns de noms mais n'avait pas encore lu leurs livres, il faut dire que j'avais peu de temps à moi en ce moment - à moins que cela ne soit une ruse de ma part pour ne pas les lire-. La séance commença et Sophie et moi étions les dernières personnes à présenter nos livres. J'écoutais les autres auteurs lire un peu du livre qu'il avait choisit, les questions réponses ainsi que l'avancement de leur prochain écrit.

Intérieurement je nétais pas vraiment là, me remémorant que le premier livre de Sophie que j'avais eu, c'était Aiden qui me l'avais offert quand j'avais finis le deuxième tome de les feuilles dans ses cheveux. Je l'avais tout de suite aimé, c'était une histoire policière très différentes des autres que j'avais pu lire et je l'avais dévoré en quelques jours, je ne faisais que de lire, sous le regard exaspéré de mon petit-ami qui me demandais sans cesse de commencer le troisième tome de ma saga. J'aurais dû l'écouter à ce moment-là, je n'aurais pas été si en retard à présent.



luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû - 11:17
Il est vrai que mon visage reflétait ma tristesse et mon état d’esprit. Je ne n’arrivais pas à me retenir. Je n’ai jamais su sourire sur commande, ce n’est pas dans mes habitudes. On avait toujours du mal à me faire sourire, d’ailleurs, Thierry était le seul à y parvenir. Il aimait m’entendre rire, il disait qu’à ses oreilles, c’était le plus beau son au monde. Mais voilà, il n’était plus là et c’était devenu encore plus difficile pour moi de sourire. Mais bon, je faisais avec, je n’avais pas vraiment le choix après tout. Je n’avais qu’une seule chose faire, rien qu’une. Faire ce que je pouvais faire pour me changer les idées, faire mon travail, tout simplement. J’allais lire un passage de mon roman policier, puis j’allais répondre à quelques questions de mes lecteurs sur mon prochain ouvrage. Je n’expliquerais pas pour quelles raisons j’avais autant tardé avant de rédiger le premier chapitre. Encore une fois, c’était privé, mon chagrin ne regardait que moi et moi seule. Plutôt solitaire, j’appréciais tout de même les séances de dédicaces et les lectures publiques. D’une part, parce que je pouvais rencontrer mes lecteurs, mais aussi parce qu’elles me permettaient d’échangés avec d’autres auteurs. C’est un métier où l’on travaille seul, sauf si on écrit à quatre mains. Certains sont seuls par choix personnels, d’autres sont comme-moi. J’étais contente de rencontré Apolline et je me posais des questions. Je ne savais rien d’elle. « Avec plaisir ! » ai-je répondu avec un micro-sourire quand elle me proposa de m’offrir un exemplaire de son dernier tome. J’essayais de penser que s’il avait été encore là, Thierry m’aurait sans doute offert la suite, tant je l’avais apprécié. Apolline vivait-elle seule ou en couple ? Comme-moi avait-elle vécut un drame récent ? Je l’ignorais et au fond, si mes problèmes ne regardaient que moi, il en était de même pour les siens. Tout en faisant ma présentation, j’observais Stéphanie Lejeune, elle n’avait rien à voir avec ses héroïnes. Thierry n’aimait pas son type de romans, il appelait ça des romans pour bonne femme, car c’était des histoires sentimentales, mais elle n’avait rien à voir avec ses héroïnes. Elle semblait être le genre de femme qui hurlait au loup dès qu’un homme avait l’audace de lui faire la cour. Richard Boissier, c’était la même chose, il narrait des histoires si sombres qu’on ne pouvait pas refermer ses livres sans verser quelques larmes. Pourtant, à le voir, si souriant, on avait du mal à croire ce qu’il disait quand il expliquait que ses romans étaient autobiographiques. Dans d’autres circonstances, il aurait pu me plaire.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Aoû - 11:31
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

La séance avait continuer sur Sophie. Elle avait lu un de ses passager d'un de ses livres et je me mis à sourire un peu. J'aimais beaucoup ce roman policier, elle avait répondu à quelques questions mais ne s'attarda pas sur la raison de son retard. J'avias bien compris que quelque chose de grave était arrivé pour que celle-ci ne puisse pas donner son livre à temps. Peut-être qui lui était arrivé un évènement grave comme moi...

Quoi qu'il en soit, J'avais l'impression que Sophie et moi étions deux épaves échouées dans cette librairie. Les autres auteurs respiraient la joie de vivre alors qu'il semblait avoir le genre d'écrit sombre pour l'un et trop sentimantale pour l'autre. L'horreur par écrit ne me dérangeait pas, parfois, j'étais contente de me poser dans le canapé et de lire quelque chose qui faisait peur. Pour ce qui était du sentimentale, depuis l'accident d'Aiden, j'essayais d'éviter tout cela sinon je fondais comme une madeleine.

Ce fut vite à mon tour, je pris alors mon premier tombe et lu le chapitre où Holly, la jeune femme, retrouva les lettres de son père. Je me surpris à imaginer Aider à la place, si seulement il y avait eu des lettres comme celle-là, je lui aurait fait lire et il aurait retrouver peut-être un peu plus la mémoire. Après mon extrait, je répondis à quelques questions notament sur la sortie du troisième tome. Je déclarai alors que, suite à un évènment difficile, le tome trois était repporté à une date ultérieure et que le syndrome de la page blanche m'avait atteint. Je raconta que j'avais néamoins d'autre projet comme cette histoire d'amour et d'aventure au Moyen-Age que la ville m'avait inspiré.

Après la rencontre, les lecteurs se dissipèrent, nous laissant entre auteurs avant la séance de dédicace, je pris dans le carton le deuxième tombe des Feuilles dans ses cheveux, le signa et l'apporta à Sophie. Dedans on pouvait y voir écrit "Courage, que le vent t'apporte le bonheur. Apolline Bradley." "J'espere que tout ira bien pour vous..."





luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Aoû - 10:13
Le passage que j’avais choisie de lire se situait au milieu du roman, quand la fille du héros, lasse de voir son père faire passer ses enquêtes avant sa famille, ou plutôt ce qu’il reste de sa famille _le personnage est veuf, son épouse ayant été emportée par un cancer, et depuis le décès de sa femme, il s’est lancé à corps perdu dans le travail _ fait une fugue. Malheureusement, l’adolescente est retrouvée sans vie pendant les recherches et l’homme se remet en question. C’est le passage qui, lorsque j’ai écrit le livre, m’avait le moins plus, aujourd’hui pourtant, c’est l’inverse, parce que je vie une période de ma vie ou moi aussi, je dois me remettre en question et je comprends d’avantage mon personnage. Maintenant, de là à dire que mes lecteurs le comprennent, je l’ignore. J’ignore si ma décision est bien accueillie, quoiqu’il en soit, je sais que j’ai fait le bon choix. Le bon choix pour moi. Une manière déguisée, peut-être bien, d’avouer que je traverse un moment difficile, délicat. Je remarque bien vite que parmi les autres auteurs, seule Apolline est attentive à ce que je dis et je commence à croire qu’elle est dans la même situation que moi ou dirais-je plutôt, dans une situation similaire à la mienne. Lorsque je termine, c’est son tour, puis celui de Stéphanie et enfin, vient Richard. Puis la séance se termine et les gens se dispersent. Apolline signe alors un de ses livres, qu’elle m’apporte, en me disant espérer que tout aille bien pour moi. Je devine alors que j’ai vu juste. N’a-t-elle pas expliqué qu’elle avait du mal à trouver l’inspiration pour son troisième tome ? « Merci ! » dis-je, avec un soupçon de sourire, mais avant qu’elle ne s’éloigne, je lui attrape doucement le bras. « Un café, ça vous tente ? » J’avais besoin de parler avec quelqu’un. Depuis que je installée dans cette ville je n’avais personne a qui parlé, j’étais seule, et les rares fois où j’ouvrais la bouche c’est lorsque je me rendais chez O Naturelle, me commander une salade composée.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Aoû - 11:22
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

Tous les jours, je gardai le sourire, tous les jours, j'espérai un quelconque signe d'Aiden et sa mémoire. Mais il fallait avouer que le temps passait lentement en ce moment. Chaque jour j'étais celle qui portait notre douleur, j'éloignais ma douleur pour être force face aux gens. J'étais la jolie fiancée qui restait droite face à son petit-ami amnésique.

Mais parfois, même les branches d'un arbre se plient sous le poid du vent. Peut-être qu'aujourd'hui,quand je me suis réveillée en sentant un poid lourd dans mon estomac, c'était mon corps qui me disait "stop". J'avais pourtant rien dit, rien fait transparaître durant ma matinée, durant cette rencontre à la librairie, pourtant, j'avais l'impression que Sophie avait tout comprit, tout comme moi j'avais compris que quelque chose n'allait pas chez elle.

J'étais prête à repartir dans mon coin quand la jeune femme m'aborda, me demandant si je voulais prendre un café. C'était le signe Apolline, ce signe qui montrait qu'aujourd'hui, tu pouvais parler, tu pouvais te montrer un peu moin forte. Je lui fis un petit sourire "Oui volontier, je vais chercher mes affaires et on y va!"

Je ne réalisais peut-être pas assez le moment présent. J'allais aller boire un café avec une de mes auteurs préférées! Et pourtant, ce qui me venait premièrement en tête, c'était le fait que j'allais pouvoir me confier un peu sur ma situation comme elle, elle pourrait le faire. J'avais donc pris mon manteau et mon sac -le carton de livre fut donné au libraire- et on sortit toutes les deux du batiment. "Vous avez un café en particulier où vous voulez aller?"




luckyred.
[

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû - 9:30
Pourquoi lui avais-je proposé de prendre un café toutes les deux alors que je refusais de dire à mes lecteurs et à mon éditeur que j’avais perdu mon mari ? Que l’homme de ma vie était mort et que j’aurais pu mourir moi aussi ? Je ne connaissais Apolline qu’à travers ses livres, mais il avait suffi d’une matinée pour comprendre qu’elle cachait quelque chose derrière son sourire. Je ne savais pas ce que c’était, mais j’étais persuadé que ça me ferait du bien de lui parler, tout comme me parler lui ferait du bien à elle. J’avais donc agit presque sans réfléchir et lui avait proposé d’aller prendre un café. Je pensais qu’elle refuserait, mais ce n‘était pas le cas. Elle semblait d’accord, elle accepta volontiers, m’indiquant qu’elle allait chercher ses affaires et qu’ensuite, on pourrait y aller. Je me rappelle, c’était précisément les paroles que j’avais prononcé lorsque Thierry m’avait invité à boire un café. A ce moment-là, j’ignorais ce qui se passerait entre nous, car j’avais accepté, uniquement dans le but de m’en débarrasser, car j’ai une certaine réticence à me faire dragué. Je ne sais pas pour quelle raison, mais je n’aime pas cela, c’est tout. Mais revenons à la réalité et à Apolline, auteure, comme moi. Elle revint avec ses affaires et nous sortîmes de l’Apostrophe, la charmante librairie de Mont-de-Rousset que je chérissais tant. La jeune femme me demanda si j’avais une idée en tête, pour prendre notre café. Il y avait le café du Théâtre qui était fort sympathique, mais c’est vrai, j’avais une autre idée en tête. « L’Epicurien, ça vous tente ? » demandais-je, avec cette fois, un sourire qui n’était pas déguisé. J’étais tombé sous le charme de ce café librairie, et je me disais qu’une auteure ne pouvait que l’apprécier, elle aussi. Au milieu des livres, nous étions en terrain connu.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Aoû - 13:44
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

Une fois avoir pris mes affaires, nous étions sortie toutes les deux de la librairie. Il faisait plutôt beau et la brise marine n'arrivait pas jusqu'en ville, du coup, il faisait plutôt chaud. Sophie me proposa l'Epicurien. "Avec plaisir! Cela fait très longtemps que je n'y suis pas aller". Il faut dire que cela faisait très longtemps que je n'avais pas prit de café loin de la maison.

Plusieurs questions défilaient en moi et que je rêvais de lui poser, il faut dire que ce n'était pas tous les jours quon pouvait prendre un café avec l'écrivain qu'on aimait le plus. J'avais regarder Sophie après avoir traversé la route. "Je suis curieuse de savoir d'où vous est venu l'inspiration de votre livre policier! Je l'ai lu en si peu de temps et j'étais tellement dedans, je croyais réellement à une enquête sortie de notre réalité! "

Nous n'étions pas très très loin et la route se passa très vite, on entra dans le café. J'aimais beaucoup ce batiment, parfois, j'y allais pour écrire quand l'inspiration était encore là. On s'installa à une table, une où il n'y avait pas beaucoup de personne aux alentours et je commanda un thé. Posant mon sac presque vide des livres que j'avais apportée. Le sourire aux lèvres. "J'aime bien ce café, je venais parfois écrire ici avant.." Avant l'accident d'Aiden...J'avais laissé plané le silence de la raison du "avant".


luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Aoû - 11:49
Le choix de l’Epicurien sembla la ravir, elle n’y avait pas mis les pieds depuis un certain temps. Je n’étais pas en ville depuis assez longtemps pour connaitre les lieux sur le bout des doigts. Je suppose qu’elle devait habiter Mont-de-Rousset depuis bien plus longtemps, mais à dire vrai, je n’en savais rien. Comme moi, Apolline était une auteure assez secrète sur sa vie privée. Nous fîmes le trajet à pieds, c’était relativement prêt de l’endroit où nous nous trouvions. Je restais néanmoins silencieuse, le bruit de la circulation m’empêchait de parler. Une fois dans le café-librairie, nous nous installâmes à une petite table. L’endroit était presque désert, le moment de la journée ne s’y prêtait guère, de plus, il faisait beau temps. Elle me demanda alors comment m’étais venu l’idée de mon roman policier. « Un rêve que j’ai fait. A dire vrai, je ne m’en souviens même pas, mais à mon réveil, l’idée avait germé dans ma tête, alors j’ai commencé à écrire. » C’était la seule et unique fois ou je trouvais l’inspiration pour un nouveau roman en dormant. Depuis, j’espérais que cela m’arrive à nouveau, ne serait-ce que pour me changer les idées, mais rien n’y faisait. J’étais heureuse qu’elle se soit plongé dans mon histoire d’une telle façon, que ce l’enquête que j’avais inventé fut aussi réaliste qu’une vrai à ses yeux. C’était le but recherché de tout écrivain, n’est-ce pas ? Un serveur prit notre commande, j’optais pour un café noisette, mon préféré. « J’y viens surtout pour lire ! » avouais-je. Je fus néanmoins alerté par le ton qu’elle avait employé. Avant. Avant quoi ? Je ne voulais pas me montrer curieuse. « Avant de perdre l’inspiration pour votre saga ? » demandais-je gentiment.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Aoû - 16:58
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

Je n'aimais pas parler de ma vie privée à mes lecteurs, je trouvais ça un peu déplacer de parler de sa vie personnelle à des gens qui voulaient juste savoir où en était mes écrits. C'est d'ailleurs pour cela que mon facebook était privé, mais que mes lecteurs pouvaient s'abonner à mon profil car je laissai planer quelques nouvelles sur mes projets. Quand c'était comme cela, je laissai en "public" mes publications et laissant en "amis" mes états d'âmes et mes nouvelles chaussures mise en photo.

Une fois dans la librairie-café, Sophie m'avait annoncé comment lui était venue son idée de romans et je fis un sourire, c'est vrai que nos rêves pouvait être un bon tremplain pour l'écriture. "Je vois qu'on fonctionne un peu tous comme ça!" C'était aussi le cas pour moi. J'avais vu dans mes rêves une jeune femme couché au milieu d'un salon, remplis de lettre, l'air un peu triste mais en même temps soulagée d'un poid immense.

Après avoir commandé, nous nous étions avoué la raison de notre venue en solo dans ce café et même si moi je venais ici pour écrire, elle, elle y venait pour lire. "C'est vrai que le café est calme, on peut rester des heures ici tranquille" . Puis je m'étais perdu dans mes songes, je lui avais avouer venir ici plus souvent quand j'écrivais et elle compris vite que c'était avant de perdre la petite étincelle. Je lui laissai un petit sourire." C'est ça...On dit qu'un artiste écrit ses plus belles oeuvres quand il est malheureux mais c'est un mensonge, moi, j'ai la page blanche!"


luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Aoû - 9:27
Personne n’aime parler de sa vie, enfin je crois. Moi, en tout cas, je n’aimais pas ça. Je ne suis pas ce qu’on appelle une personne pleine d’humour. Il en faut beau pour me faire sourire, encore plus pour me faire rire. En ça, ma famille avait du mal, mes amis avaient du mal, et Thierry. Thierry, il était le seul à parvenir à me faire rire aux éclats en prononçant juste une phrase. Parfois un mot suffisait. Il avait ce don, je ne sais pas comment il faisait et je savais que jamais, je ne parviendrais à retrouver e que j’avais, lorsque j’étais auprès de lui. Tout en sirotant ma boisson, j’expliquais à Apolline que j’avais trouvé l’inspiration pour mon roman policier, en rêvant. Je n’avais jamais été capable de dire de quoi j’avais rêvé, je ne m’en souvenais pas. Seulement, l’idée était là lorsque j’ai ouvert les yeux. J’ai également expliqué venir ici pour lire, parce que l’endroit était calme, ce qu’elle confirma. On pouvait y rester des heures, en toute tranquillité. « Et, chose non négligeable. Le café est délicieux ! » dis-je. Je n’avais pas cherché à faire de l’humour en prononçant ses quelques mots, mais cela pouvait s’y apparenter. Je l’ai dit, je n’ai pas le sens de l’humour très aiguisé, mais lorsque je suis grise. Non pas que je picole tous les soirs, mais il m’arrive de boire un bon verre de vin de temps en temps. Lorsque la jeune femme avoua avoir perdu l’inspiration, je devinais qu’elle avait traversé quelque chose de difficile. Néanmoins, je n’osais pas entrer dans le vif du sujet, ce n‘était pas dans mes habitudes, de tirer les vers du nez des gens. « Je pense que ça dépend des gens. Moi, par exemple, j’ai eu une période à vide, mais en m’installant ici, l’inspiration est revenue. » Je n’avouais pas ce que j’avais eu tant de mal à vivre, mais je sous-entendais avoir été malheureuse moi aussi. Et malheureuse, je l’étais toujours.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Aoû - 15:59
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

Alors que nous avions commander et que Sophie m'avait expliqué venir ici pour lire tranquillement, elle avait ensuite rajouter que le cfé était déclicieux. Je m'étais mise à rire un peu de la façon dont elle avait rajouter cela. "Oui c'est vrai vous avez raison!"

Après lui avoir annoncé que j'avais le syndrome de la page blanche, l'auteur m'avait raconter qu'elle avait retrouvé l'inspiration en venant s'installé ici. Peut-être fallait-il que je parte quelques jours, histoire de me ressourcer et de, peut-être, retrouver ma plume. Mais je n'étais absolument pas certaine de pouvoir partir, et je ne voulais pas laissé Aiden seul. Je poussai un petit soupire. "Disons que c'est plus compliqué pour ma part. C'est vrai que retrouver mes racines me ferais sasn doute du bien, mais je ne peux pas laissé mon fiancé ici, il travail, il est occuper..."

Le serveur arriva avec nos boissons, je le remercia avec un sourire avant de continuer ce que je disais. "Mon fiancé à eu un accident il y a quelques mois, il est rester dans le coma six mois et quand il s'est réveillé, il avait perdu la mémoire."
Je soufflais sur mon thé qui était bien trop chaud pour être bu. "J'ai perdu l'inspiration quand j'ai appris pour son accident. Depuis, je n'arrives plus à écrire. "





luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Aoû - 10:49
Je n’étais pas drôle et je le savais parfaitement, mais prendre un ton léger, je savais m’y prendre. Ça permettait de détendre l’atmosphère lorsque celle-ci devenait pesante. Et dans le cas présent, l’atmosphère était pesante. Non pas que nous n’avions rien à nous dire, mais disons plutôt que nous avions perçu des signes chez l’autre. Bref, c’était compliqué de se confier à une presque inconnu tout en sachant que cette presque inconnu pouvait comprendre, et vice et versa. Je savais que j’avais eu raison de proposer d’aller boire un café. J’avais deviné qu’elle n’allait pas si bien que ça, tout comme elle avait deviné que je n’allais pas si bien que ça. J’avais évoqué le fait que changer d’air pouvait aider à retrouver l’inspiration, car cela avait fonctionner pour moi. Bien sûr, ce n’était pas le cas de tout le monde et pour tout dire, en venant ici, j’avais surtout chercher à fuir, mais qu’importe, puisque ça avait fonctionner. Elle m’expliqua que retrouver ses racines lui ferait du bien, mais qu’elle ne pouvait pas le faire à cause de son fiancé. Je devinais qu’il y avait autre chose que tu « travail » derrière ces mots. Je le sentais en fait, je dirais même que ça se voyait, mais qu’elle hésitait à aller au fond des choses. Un serveur vint nous apporter nos boissons, ici, le servie était rapide, même lorsqu’il y avait du monde. L’efficacité, c’est ce qu’il y a de mieux, n’est-ce pas ? Je n’aimais pas faire attendre les gens, c’est pour cette raison que ces derniers temps, je m’étais peut montrer, j’avais honte de ne pas pouvoir offrir une nouvelle histoire à mes lecteurs. Mais ce n’étais pas de ma faute. Finalement, Appoline se décida à aller au fond des choses et avoua que son fiancé avait eu un accident et qu’il était rendu amnésique. Sur le moment, cela me fit pensé à Aiden, l’ami de Thierry, mais ça ne devait pas être la même personne. Au moins, son fiancé était en vie, ce n’était pas le cas de Thierry. « Oui, je comprends. J’ai vécu plus ou moins la même chose, à cela près que mon mari est décédé dans l’accident. » avouais-je, me sentant soulagée d’un poids.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Aoû - 17:49
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

Notre commande avait été servit plutôt rapidement, cétait une des qualité de ce café, on n'attendait pas une heure à être servit et l'ambiance y était familiale. Après avoir  pris une gorgée de mon thé, j'avais annoncé à Sophie que ce n'était pas possible pour moi de partir quelque temps en Angleterre, pourtant, l'air des prairies derrière la maison de ma grand-mère, dans la campagne britanique me manquait atrocement et m'aurait fait le plus grand bien. Je crois que mes parents me manquait aussi un peu, j'aurais bien aimer qu'ils soient avec moi durant cette étape de ma vie.

Bien sûre, le travail d'Aiden était une fausse raison, et j'avais bien l'impression qu'on comprenait que je me donnait une fausse limite, si bien que j'avais dis d'un coup la réelle raison. Sophie fut calme et posée et cela me faisait du bien de ne pas avoir de "Pardon,excuses moi" ou encore "Ma pauvre fille". Oui cela n'arrivait pas à tous le monde, mais s'apitoyer sur mon sort ne m'aidais pas.

L'auteur m'indiqua qu'elle avait elle aussi vécut un drame. Son mari était mort, le teint blème, c'était bien plus grave que moi. "J'imagine que c'est pour cela que vous n'arrivez plus à écrire et que vous êtes venu ici.Toutes mes condoléances, j'ai vu ce que cela faisait de croire pendant six mois à la mort de mon fiancé et c'était horrible alors vous... " J'avais aussi vécut la mort d'un enfant même pas encore né mais ça, c'était plus difficile à l'admettre.




luckyred.
=

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Aoû - 11:11
Lorsqu’un drame vous touche, on a parfois l’impression d’être seul au monde, d’être la seule personne sur cette fichue planète à vivre un deuil, une maladie ou autre chose. Alors qu’en vérité, ce genre de drame frappe n’importe qui, de façon aléatoire et le plus souvent, pour ne pas dire tout le temps, ce sont les bons, les gentils qui trinquent. Jamais les meurtriers et les salopards en puissance. Je ne dis pas que je souhaite à ses gens de vivre de tels drames, je ne suis pas un monstre, je suis humaine, mais je ne trouve pas ça juste que mon mari est payé de sa vie alors que le chauffard, lui, il court toujours. Il ne doit pas se réveiller le matin à côté d’un lit vide et fondre en larmes en constatant que le cauchemar est bien réel. Il n’a pas dû fuir sa région natale parce que le souvenir du disparu était encore trop présent. Non, lui, il continu à vivre, tout simplement, sans culpabilité et peut-être même qu’il a fait une autre victime, ou plusieurs. La vie est tout simplement dégueulasse et injuste mais on se doit de faire avec. Bien sûr, Appoline a vécu des moments des difficiles, mais à côté de moi, elle a de la chance. Son fiancé est amnésique, certes, mais il est vivant, et je préférais être mille fois à sa place qu’à la mienne. « Oui. J’ai déménagée ici parce que c’est un endroit où nous ne sommes jamais allés. Je ne supportais plus de continuer à vivre dans notre appartement après l’accident. » Je lui pressais le bras, comme pour la remercier de ses paroles. Le pire, c’est que je me sentais responsable, lorsque la voiture est arrivée sur nous, c’est moi qu’elle visait, moi qui n‘était pas du bon côté, alors il m’a poussé et il n’a pas eu le temps de rejoindre trottoir. Bien sûr, je ne m’en souviens pas, j’étais sonnée et je crois que mon esprit à volontairement occulter ce passage pour m’empêcher d’en souffrir. Je le sais parce que l’on me l’a raconté. Ce qui m’a poussé à partir, c’est surtout ma famille, de voir mes parents agirent comme s’ils avaient toujours apprécier Thierry alors qu’ils étaient contre notre mariage, ça m’a rendu folle.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Apolline Bradley
Membre aux petits oignons
Membre aux petits oignons
Bonjour, j'ai écrit : 162
messages depuis que je me suis inscrit, le : 30/07/2016
Célébrité : Elizabeth Olsen
Multi-compte(s) : Aucune voix dans ma tête pour le moment
Activité(s) : Ecrivain
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Aoû - 9:37
Sophie & Apolline

Once Upon A Time

J'avais un peu plus de chance que Sophie, moi, mon fiancé n'était pas mort. Il avait été dans le coma pendant six mois, j'ai cru pendant pas mal de temps qu'il allait me laissé mais il s'est réveillé un jour. C'était surprenant et je ne m'y attendais pas, mais il était là, les yeux ouverts. Amnésique. C'était autre chose encore, il fallait maintenant travailler dur pour que sa mémire revienne mais on ne perdait pas espoir.

Sophie avait exploqué que son mari était mort et qu'elle avait quitté l'endroit où ils habitaient pour venir ici car ils n'y étaient jamais venus. Je comprend parfaitement, moi-même j'aimerais m'échappé de tout cela en ce moment. Sa main pressait mon bras alors que je continuais de la regarder. "Parfois, il vaut mieux s'éloigné de tous cela, sinon on devient folle. Je pense que vous avez fait le bon choix de venir ici. Certes, cela doit être difficile, mais vous faites de nouvelles rencontre, des personnes qui vous connaîtrons en tant que Sophie et non pas "la femme de..." Je ne connaissais pas le prénom de son défunt mari.

Je portais ma boisson à mes lèvres et en bu une gorgée, c'était vivifiant. "Vous devez vous reconstruire peu à peu mais vous devez vous dire que là-haut, votre mari veille sur vous et vous guide pour faire les bon choix."




luckyred.

_________________

Even If I Fall, I'll be there to catch you.
I just want to see you When you're all alone I just want to catch you if I can I just want to be there When the morning light explodes On your face it radiates I can't escape I love you 'till the end  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm Sophie Godard
Administrateur en robe des champs
Administrateur en robe des champs
Bonjour, j'ai écrit : 50
messages depuis que je me suis inscrit, le : 18/06/2016
Célébrité : Jennifer Morrison
Multi-compte(s) : Marion, Jeanne, Anaïs et Thomas
Activité(s) : Romancière. Dessine à ses heures perdues
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Aoû - 9:39
J’essayais d’imaginé ce qu’aurait été ma vie si Thierry avait survécu à l’accident et qu’il serait dans le coma. Je vivrais sans doute des moments délicats, difficiles, mais j’aurais toujours l’espoir qu’il se réveille un jour. Car l’espoir, c’est quelque chose que l’on devrait tous gardé en nous, lors des moments difficiles, délicats. Mais Thierry n’était pas dans le coma, il n’avait pas eu le temps d’aller jusqu’à l’hôpital pour se faire opérer. Il n’avait rien eu de tout ça. Rien. Cet abruti de chauffard ne lui avait laisser aucunes chances, non, aucunes. Il avait été tué du premier coup et lui, il continuait de vivre sa vie, sans doute sans aucune once de culpabilité. Peut-être même qu’il avait fait d’autres victimes, qu’il avait laissé d’autres morts dans son sillage. Je trouvais ça ignoble. Je voulais qu’il paye pour ce qu’il m’avait fait et pourtant, je ne suis pas quelqu’un de méchant. Loin de là. J’essayais d’imaginer la réaction de Thierry, s’il n’avait pas eu le temps de me pousser de la trajectoire de la voiture, s’il n’avait pas eu le temps de me sauver la vie, s’il était à ma place aujourd’hui, comment le vivrait-il ? Mal sans doute, on s’était choisis tous les deux, alors, forcément, il le vivrait mal. Mais serait-il en colère au point de vouloir faire justice lui-même ? Je l’ignorais. Serait-il parti de chez nous ou serait-il resté ? J’étais d’accord avec Appoline, parfois, il faut savoir prendre du recul et s’éloigné quelques temps, mais Thierry n’était pas comme ça. A n’en pas douté, il serait resté en Savoie. Non pas pour être près de sa famille, mais pour être près de la mienne, alors même que ses derniers ne l’acceptaient pas. Quelque part, j’étais un peu égoïste, en partant, je n’avais pensé qu’à moi, mais je n’étais plus capable de supporter de vivre dans cet appartement. Pourtant, il était avec moi. « C’est sans doute vrai. Mais j’ai surtout cherché à fuir, pas à me protéger. » Les bruits de couloirs, je n’y avais jamais vraiment fait attention. Je n’avais pas fait tant de rencontres que ça, mais j’en ferais sans doute, par la suite. Les paroles de ma nouvelle amie étaient peines de sagesse, pensais-je, en buvant une gorgée de café. Il était brûlant, mais ça me prouvait une chose, j’étais en vie. « Je sais, il sera toujours avec moi. Et puis, je sais bien que se laisser aller, ce n’est pas la solution. Il n’aurait pas voulu ça. » répondis-je, en reposant ma tasse.

_________________
Sophie Godard
Texte en construction. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
I'm Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» Parce ce que ça le prends des fois: Les malheurs de Sophie
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUCRE-SALE :: Douce France :: Mont-de-Rousset :: Quartier Sud :: Rue Commerçante :: L'Apostrophe-
Sauter vers: